Expérience post-clic : comment mener le prospect jusqu’à l’action finale ?

Expérience post-clic : comment mener le prospect jusqu’à l’action finale ?
(Mis à jour le: 28 août 2020)

Quand on vend des produits ou des services sur Internet, on a tendance à tout miser sur l’expérience pré-clic des prospects. Pourtant, un premier clic vers la page de votre site ne garantit pas forcément vente, abonnement, téléchargement … Cela signifie qu’il va seulement atterrir sur la page qu’il souhaite voir, mais que c’est le contenu de cette dernière qui va aboutir à la conversion ou pas. C’est pour cela qu’il faut prêter attention à l’expérience post-clic, celle qui rime vraiment avec conversion. Voici comment faire …

Quelle est la différence entre pré-clic et post-clic ?

La phase pré-clic c’est celle durant laquelle vous menez des actions pour encourager l’internaute à cliquer sur le lien qui mène vers votre page. Il peut s’agir de publicité, de balise Title et meta description accrocheuses, d’une bonne position sur la première page des résultats de recherche, de partages massifs sur les réseaux sociaux …

Cette phase-là, tous les webmasters la connaissent parfaitement, car il s’agit, à plus de 50 % de bien référencer son site afin d’être vu des internautes. Ces derniers ne pourront alors que cliquer dessus vu comment vous vous démenez pour vous faire connaître. Sauf que, après ce premier clic (une petite victoire), vient d’autres clics (la vraie bataille). Allez-vous aussi la remporter ? Tout dépend de l’expérience post-clic que vous promettez à vos prospects.

Qu’on se le dise bien, un internaute qui clique pour atterrir sur votre page est un simple prospect. Maintenant, l’enjeu de l’expérience post-clic c’est de le transformer en client puis de transformer ce client en client fidèle et le client fidèle en ambassadeur … Bref, il y aura toujours d’autres clics derrière un clic. Comment faire alors pour toujours encourager les visiteurs du site à passer à l’étape suivante ? La réponse est simple : lui proposer une expérience post-clic à la fois pratique, facile et pertinente. Comme toute autre expérience, il faut qu’elle soit réussie.

Ce qui nous amène à une définition simple de l’expérience post-clic : ensemble des actions à mener pour convertir le prospect, ou plus clairement, l’inciter à cliquer sur le bouton call-to-action suivant.

Lire aussi – Lead nurturing : une notion qui fidélise les prospects

Comment faire pour optimiser l’expérience post-clic ?

Comment faire pour optimiser l'expérience post-clic ?

Avant toute chose, vous devez retenir un point important : si votre objectif est d’augmenter votre chiffre d’affaires et donc de multiplier les clients, vous devez faire en sorte que ces derniers atterrissent sur une landing page. C’est la page de conversion par excellence, sur laquelle les prospects vont trouver le bouton CTA menant vers l’action que vous attendez d’eux. En tant que telle, vous devez la soigner et voici comment vous y prendre :

Un contenu cohérent à l’annonce :

Imaginez ce scénario : vous êtes un grand fan d’Elton John puis vous apprenez qu’il va donner un concert près de chez vous. Vous achetez votre billet en VIP pour bien le voir et le jour venu, vous découvrez un sosie à sa place. La déception sera grande et l’organisateur ne vous aura plus la prochaine fois.

Dans ce scénario, il y a tout simplement eu publicité mensongère. C’est ce que votre landing page risque de faire à vos prospects si vous ne tenez pas la promesse faite pour les encourager à cliquer. Si dans votre annonce, vous proposez une croisière de luxe aux Caraïbes, votre landing page a tout intérêt à s’en tenir là-dessus. Le prospect devra donc y trouver un itinéraire clair, des images des plages caribéennes et les grandes lignes du voyage (date, durée, prix, activités incluses …). On évite de raconter l’histoire des Caraïbes et on se contente de parler de la croisière sans trop la vanter. On la présente comme elle est, car à force de vendre trop de rêve, vous risquez de décevoir vos clients.

Le message doit alors être clair, fidèle à l’annonce faite et cohérente. Pas de titres trop accrocheurs, pas de fausses promesses et pas d’informations floues.

Lire aussi – Expérience utilisateur d’un site : astuces pour l’améliorer

Zéro distraction :

Gardez toujours en tête que la landing page doit convertir les prospects. Elle a donc une mission précise ce qui fait qu’on doit éviter de lui attribuer plusieurs rôles. Pour ce faire, chassez tout ce qui peut éloigner le prospect de votre objectif final ou du bouton CTA.

Autant que possible, on va alors éviter les services annexes, les liens parasites qui appellent à la navigation, l’insertion d’autres produits, les en-têtes et pieds de page trop bien fournis … Il ne faut pas donner l’occasion au prospect de cliquer sur autre chose que votre bouton call-to-action.

Lire aussi : Rédaction de contenu web : l’art du Call to action

Certes, ce sera toujours d’autres clics de gagné, mais cela revient à dire que le prospect va quitter votre tunnel de vente sans même être passé à l’action tant attendue.

Dans le cas où vous devez insérer sur cette page les politiques de confidentialité et conditions d’utilisation, mettez-les dans le pied de page.

Un bouton CTA bien visible :

Ne laissez pas vos prospects partir pour une chasse aux trésors. Faites en sorte que le trésor, soit le bouton CTA, soit bien en vue et n’attend qu’à être cliqué. Il faut donc prêter attention à son aspect général. Pensez à une taille qui se démarque bien du lot sans écraser toute la surface de la landing page. Optez pour une couleur qui sort des tons utilisés pour le reste de la page. Placez-le à un endroit bien visible, mais là où il est le plus pertinent. En gros, il doit quasiment sauter aux yeux du prospect.

Le reciblage publicitaire à creuser :

Les prospects n’ont pas tous le même besoin or, sur la landing page, vous devez proposer une offre qui correspond aux attentes de chacun d’eux. Comment faire ? Le reciblage publicitaire est la solution.

Cela consiste à rappeler au prospect son passage sur un site donné. Il est possible qu’il ait effectué un achat dessus, qu’il soit parti sans rien acheter ou qu’il ait abandonné son panier. La technique reste la même à savoir lui envoyer un message personnalisé, mais c’est le niveau de personnalisation qui va changer.

En effet, vous ne pouvez pas offrir un bon de réduction à un client qui a déjà effectué un achat ou proposer des produits similaires à ce qu’il a pris à un client ayant abandonné son panier. Le message doit être rédigé seulement en fonction du comportement du prospect et des données qu’il a bien pu laisser sur le site. En étudiant son comportement, vous pouvez mieux le cibler et ainsi lui proposer une offre plus adaptée à ses besoins.

Lire aussi – ROI d’une stratégie SEO : comment le calculer ?

Un design soigné :

Une landing page n’est pas seulement un bloc de texte informatif. Il faut qu’elle ait aussi un aspect publicitaire et donc accrocheur tant en fond qu’en forme. Vous devez la soigner, la rendre la plus agréable possible au regard et proposer une présentation graphique qui donne envie de poursuivre la découverte.

De ce fait, aérez votre contenu, établissez un bon ratio entre texte et image, optez pour des tons agréables au regard … La page de destination où l’expérience post-clic prendra tous son sens doit être conviviale et interactive à la fois.

Un chargement rapide :

Au-delà de la forme et du fond de la landing page, n’oubliez pas d’optimiser son temps de chargement. Si suite au premier clic opéré, la page de destination met trop de secondes à s’afficher, le prospect s’en ira tout de suite. Assurez-vous alors qu’elle ne soit pas trop lourde et pensez même à la tester pour vous assurer qu’elle s’affiche en deux-trois secondes sur n’importe quel support.

Un « Thank you » page bien rédigée :

La différence entre un client et un client fidèle c’est que le premier a acheté et est reparti sans donner de nouvelles tandis que le second a acheté et revient régulièrement. Une bonne expérience post-clic permet également de faire la différence entre ces deux profils. Il ne faut pas faire du bouton CTA votre seul et unique objectif. Il faut penser au-delà de ce clic.

De ce fait, une fois que le prospect aura cliqué dessus, ne le renvoyez pas sèchement. Affichez plutôt un Thank you page chaleureux qui l’encouragera à revenir sous peu. Ne vous limitez pas à un simple « Merci », quoi que c’est déjà mieux que rien, mais adressez un petit message de reconnaissance assez personnalisé.

Pour vous, c’est une autre manière de le fidéliser tandis que pour le client, c’est une manière de voir comment vous traitez vos clients.

Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code