Maillage interne : comment l’optimiser ?

Comment optimiser votre maillage interne pour le SEO ?
(Mis à jour le: 13 mars 2020)

Backlinks, balises Hn, mots-clés, … dès que ces mots apparaissent, on sait d’emblée que l’on va parler référencement et c’est justement le cas. Dans ce billet toutefois, attardons davantage sur un aspect du SEO souvent trop négligé à savoir le maillage interne. Ce dernier fait partie du netlinking, mais bizarrement, contrairement aux backlinks, on a tous tendance à le sous-estimer. Sachez pourtant qu’il joue un rôle positif dans le référencement de vos pages. Pour l’améliorer, voici les pistes à exploiter.

Qu’appelle-t-on maillage interne ?

Maillage interne en SEO

Qu’appelle-t-on maillage interne ?

Le maillage interne est une technique SEO qui consiste à effectuer des liens entre les pages d’un même site. Il diffère donc du maillage externe puisque ce dernier consiste à lier des pages appartenant à deux sites différents.

Alors qu’on sait tous le poids qu’occupent les backlinks de qualité dans le référencement, on ignore souvent, volontairement ou involontairement, la valeur des liens internes. Il faut pourtant savoir qu’ils permettent d’améliorer la visibilité d’une page à plus forte raison si le texte cliquable ou ancre est bien choisi.

Qu’appelle-t-on texte cliquable ou ancre ?

Le texte de lien que l’on appelle aussi anchor texte ou tout simplement ancre est le mot ou groupe de mots sur lequel le lien vers la page interne est placé. Dans la plupart des cas, il est inséré dans le contenu textuel, mais il est aussi possible de placer le lien sur une image du texte. Dans ce cas-là, c’est l’attribut ALT de l’image qui va jouer le rôle de texte cliquable. Ce dernier point souligne à quel point il est important que vos images aient un attribut ALT bien renseigné.

Et puisqu’on parle d’ancre, quelques précisions essentielles sont à faire. L’ancre qui désigne le texte cliquable doit être différenciée de :

  • L’ancre vide : il s’agit d’un lien inséré dans le texte ou sur une image sans avoir renseigné au préalable un texte cliquable ou un attribut ALT. Si pareil cas arrive, l’ancre redirigera bien l’internaute vers la page de destination, mais il a peu de chance d’obtenir des clics étant donné qu’il ne fournit aucune information sur la page d’atterrissage. Or, pour qu’une ancre attire l’attention, elle doit se composer de mots-clés essentiels ou de mots appartenant à la sémantique de la page cible.
  • L’ancre interne ou lien ancré : il s’agit d’une ancre sur laquelle on place un lien qui redirige vers une autre partie de la même page. Autrement dit, ici, on ne parle plus du même site, mais d’une même page. L’avantage c’est qu’avec un texte long, il est possible de diriger l’internaute directement vers la partie du contenu qui l’intéresse. Ce genre d’ancre est surtout utilisé dans le sommaire d’un contenu web. Non seulement, il est pratique, mais il améliore aussi l’expérience utilisateur (UX), si chère à Google.

Comment bien formuler ses anchor text ?

Comment bien formuler ses anchor text ?

Ancre de lien comment bien optimiser ?

Comme on l’a évoqué plus haut, le texte cliquable doit être choisi et formulé avec grande attention. Pourquoi ? Parce qu’au-delà du lien, c’est son sens qui va encourager l’internaute à cliquer dessus ou non. La première chose à retenir en termes d’anchor text c’est donc de savoir qui y a des règles à respecter. Les principaux points à appliquer sont ainsi :

Insérer le lien dans une partie du texte où il ne sera superflu :

Si votre texte parle des fêtes chrétiennes, placez le lien qui dirige vers la fête de Pâques dans le paragraphe qui s’y réfère. Son emplacement doit se trouver dans le bon contexte et doit sembler, à la fois évident et naturel aux lecteurs. Si dans un paragraphe parlant d’Halloween vous mettez un lien vers un texte parlant de Noël, vos lecteurs seront un peu perdus et étonnés à la fois de ne pas trouver de texte sur Halloween sur la page cible. Évidemment, cela vous fera baisser dans leur estime et il y a peu de chances qu’ils poursuivent la lecture de la première page et même de revenir sur votre site.

Cela implique que les deux pages liées doivent avoir un réel lien entre elles. Elles doivent appartenir à la même thématique et avoir, à peu près, le même champ lexical.

En savoir plus –  Comment bien choisir l’ancre de lien ?

Utiliser des mots-clés qui décrivent bien la page de destination :

Si vous devez pointer vers un article qui parle des fêtes pascales, utilisez un texte cliquable qui a un lien avec ces festivités et non avec la Saint-Valentin. Autrement dit, l’ancre doit déjà donner des indices sur le contenu de la page que l’internaute s’apprête à afficher. Ledit contenu doit être complémentaire à l’article source et c’est pour cela qu’on insiste sur le fait que les deux pages doivent appartenir au même univers.

De préférence, on utilisera des mots-clés qui renseignent le contenu de destination. Toutefois, il ne faut pas oublier le côté naturel de vos liens. S’il est plus naturel de placer le lien sur “En savoir plus ici” que sur “fête de Pâques”, alors utilisez le premier. Il ne faut pas non plus se forcer quand la qualité du texte est en jeu.

Varier les textes de liens :

Si vous vous bornez à utiliser la même ancre partout pour orienter vos lecteurs vers la page cible, cette dernière ne sera optimisée que pour ce mot-clé. Ses chances d’apparaître dans les résultats de recherche sont donc limitées.

Par contre, si vous utilisez plusieurs expressions clés pour faire un lien vers la page cible, celle-ci a plus de chances d’apparaître plus souvent puisque vous l’optimisez sur plusieurs mots-clés.

En prime, en variant vos textes de liens, ces derniers seront plus faciles à insérer de manière naturelle dans votre contenu.

Quelles techniques pour un bon maillage interne ?

Quelles techniques pour un bon maillage interne ?

Comment créer un maillage interne efficace ?

Maintenant que la question sur le texte cliquable a été éclaircie, parlons de la bonne stratégie pour mettre en place un bon maillage interne. La première technique est évidemment de bien choisir ses textes de liens, mais elle ne fonctionne pas seule. Vous devez également :

 Améliorer vos silos thématiques :

C’est une technique assez récente qui est encore assez floue pour certains webmasters. Pour lever le voile là-dessus, retenez que cela consiste à rédiger, publier et lier des contenus qui appartiennent au même thème.

Si on reprend l’exemple sur les fêtes pascales, vous pouvez rédiger un texte sur l’historique et le principe même de la festivité, puis faire un autre article sur la semaine sainte. Les deux articles ayant un même noyau, vous pouvez les lier entre eux de manière naturelle et ainsi obtenir un des liens internes pertinents.

Grâce a cette technique, vos pages sont interdépendantes ce qui est bénéfique et ce, pour deux raisons principales :

  • Les robots d’indexation vont avoir une vue plus lisible de la structure de votre site et bien évidemment, cela va les encourager à lui donner une bonne note en termes d’autorité et de visibilité.
  • Les internautes pourront naviguer sur votre site de manière plus fluide et surtout logique. Ils vont passer d’une page à l’autre sans craindre d’atterrir sur un contenu qui n’a rien à voir avec ce qu’il a lu plus tôt. Résultat : une UX accrue signe d’autorité de votre site.

Lire aussi – Comment déterminer la qualité d’un lien ?

Mettre en exergue la profondeur de votre site :

Certes, il n’est pas interdit de pointer vers la page d’accueil, mais en matière de liens internes, cela est à proscrire sauf si vraiment nécessaire. Il faut comprendre que le maillage interne sert à mettre en avant vos contenus profonds donc utilisez les liens pour faire apparaître plus souvent des contenus peu lus par les internautes au lieu de les orienter sans cesse vers une page accueil qui, au final, n’apportera pas les réponses recherchées. Et quand on parle de contenus profonds, on entend aussi bien les articles récents que les articles anciens. D’ailleurs, étudier le maillage interne avec vos anciens contenus est une astuce à adopter pour l’améliorer.

De même, puisque vous devez lier des articles issus de la même thématique, on ne voit pas vraiment l’intérêt de pointer vers la page de contact sauf si, une fois encore, vraiment nécessaire.

Gardez bien en tête que quel que soit le type de lien que vous souhaitez insérer, la pertinence doit toujours être au rendez-vous. Si ce n’est pas le cas, il n’apportera aucune valeur ajoutée à votre SEO et, pire encore, peut encourager Google à vous sanctionner si les liens ne sont pas du tout naturels.

De plus, sachez que pour les pages importantes de votre site, votre menu principal s’occupe déjà de linker vers elles. Dans cette même optique, notez qu’un site vitrine ne nécessite pas un maillage interne poussé puisque le menu principal se charge de faire un lien vers ses différentes pages.

Étudier votre maillage interne :

Si votre site date déjà de quelques années, mais que vous n’avez jamais prêté une attention particulière au maillage interne, rassurez-vous, il n’est pas trop tard. Vous pouvez toujours vous rattraper en étudiant votre site et bien sûr vos liens internes. Pour ce faire, vous avez besoin d’un outil spécifique que l’on appelle un crawler. Il en existe quelques variantes, mais dans l’ensemble, ces outils permettent de lister tous les liens en DoFollow de votre site ainsi que les ancres de liens utilisés.

Lire aussi – Liens Dofollow et Nofollow : quelles sont les différences ?

Une fois que le crawler aura établi ladite liste, étudiez :

  • Le nombre de liens internes obtenus (on parle aussi de backlinks internes) par chaque page indexable de votre site. Vous verrez aussi s’afficher l’URL de ces liens. Cette première analyse vous aidera à connaître les pages sources de ces liens et puisque vous avez déjà le nombre, cela vous indiquera si des efforts sont à faire ou non. Évidemment, une page qui n’a qu’un seul backlink interne n’est pas du tout bien optimisée donc il faudra ajouter des liens qui y pointent depuis vos autres pages.
  • Les ancres de liens ou les attributs ALT utilisés : normalement, un autre tableau vous affichera les ancres utilisées en précisant à chaque fois l’URL cible, c’est-à-dire la page qui reçoit le lien et l’URL source c’est-à-dire la page qui émet le lien. Cette analyse vous permettra aussi de détecter les ancres vides, les ancres trop souvent reprises, les ancres sur-optimisées, le manque de variété dans le choix des ancres … Il vous incombera à la suite d’apporter les améliorations qui s’imposent en fonction des déductions faites.

Notez que chaque modification faite invitera les robots de Google à revoir les pages améliorées et à les crawler de nouveau. Il est donc possible qu’une page autrefois invisible soit à présent visible puisque mieux optimisée.

S’inspirer de la concurrence :

Vous n’êtes pas le seul concerné par l’intérêt d’établir un bon maillage interne. Vos concurrents sont tout aussi intéressés que vous et comme vous, ils n’ont de cesse d’améliorer leur technique. Peut-être qu’en consultant ce qu’ils font, cela vous donnera de nouvelles idées et inspirations ?

Attention, on ne parle de copier, mais de voir sur quelles ancres le concurrent arrive à bien se positionner et si vous pouvez aussi les utiliser à votre tour ou bien les éviter. Notez que les ancres trop concurrentielles ne sont pas forcément les meilleures, mais elles restent quand même bonnes à utiliser. Profitez-en également pour analyser leurs backlinks.

Partager cet article

Comment (1)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code