Site web : comment générer plus de trafic ?

Site web : comment générer plus de trafic ?
(Mis à jour le: 19 octobre 2020)

De nos jours, une entreprise qui n’a pas de site web est vouée à disparaître rapidement. La présence sur la toile est devenue un must, mais cela ne suffit pas. Si vous êtes présent, mais invisible, cela équivaut à avoir investi dans la création d’un site inutilement. Le plus important ce n’est pas de créer un site, mais de lui donner vie. Comment faut-il s’y prendre pour augmenter son taux de trafic ?

Nouveau site ou site à relancer ?

La réponse à cette question est importante, car va définir la première étape de votre travail.

S’il s’agit d’un nouveau site, il faudra d’abord l’alimenter en contenu SEO. S’il s’agit d’un site existant, il faudra commencer par un audit SEO.

Cas n°1 : nouveau site

Vous devez commencer par la rédaction de contenus web à publier sur le site. Ces contenus doivent :

  • se référer à votre thématique principale :si vous avez créé un site sur la décoration intérieure, optez pour des sujets sur la couleur des murs, l’aménagement du salon, … Un sujet sur l’élevage de vache n’y a pas sa place.
  • être de qualité et pertinents : c’est un critère SEO très important. Chaque article doit fournir des informations pratiques, utiles et à jour. L’ensemble doit apporter de la valeur ajoutée à votre site. Par qualité, on se réfère aussi au zéro faute, aux bonnes tournures de phrases, à une structuré aérée et à un ton agréable à lire.
  • se baser sur un mot-clé principal et des mots-clés secondaires : le mot-clé principal n’est pas forcément le thème du site. Il peut s’agir d’un terme qui s’y réfère. Si on reprend l’exemple de la décoration intérieure, un mot-clé principal peut être linge de maison. Ce dernier devra être présent dans le titre H1 du texte et de quelques titres H2, mais il devra être associé à des mots-clés secondaires. Ces derniers devront être issus de la sémantique de l’expression principale. De préférence, optez pour quelques termes concurrentiels et pour des mots clés de longue traîne peu utilisés. Dans tous les cas, ces expressions doivent être cohérentes avec votre sujet. Découvrez le Top 6 des meilleurs outils pour trouver des mots-clés pertinents

Durant cette phase, vous devez vous concentrer sur la rédaction SEO. N’espérez pas avoir un gros trafic après avoir mis en ligne une dizaine d’articles. En moyenne, il faut publier une cinquantaine d’articles longs (environ 1000 mots) et de haute qualité pour faire décoller le taux de trafic. La rédaction seule ne va toutefois pas suffire. Vous devez l’associer avec d’autres techniques du référencement naturel.

Lire aussi – Stratégie SEO : comment améliorer son référencement naturel ?

Cas n°2 : site à relancer

Dans ce deuxième cas, votre première tâche sera de faire un audit SEO du site endormi. L’objectif est de mesurer le trafic.

Lire aussi – Audit SEO : les bons moments pour le faire

Cette analyse va permettre d’étudier :

  • le nombre de visites qu’il a reçu sur une période donnée
  • la durée de session de chaque visiteur : combien de temps il est resté sur le site ?
  • le parcours mené par chaque visiteur sur le site : quelles pages il a consulté ?
  • le taux de rebond : combien de visiteurs sont arrivés sur le site pour repartir en moins de trois secondes ?
  • la manière dont les internautes sont arrivés sur votre site : directement depuis la page des résultats de recherche, en cliquant sur un lien présent sur les réseaux sociaux ou sur un autre site, en cliquant sur une publicité, … ?
  • la réactivité des internautes : combien d’entre eux ont cliqué sur vos boutons Call to Action (CTA)?

Grâce à un outil d’audit SEO adapté, toutes ces données seront chiffrées ce qui vous donnera des KPIs ou des métriques. Chaque chiffre est important, car vous donne une idée des problèmes que rencontre le site. Un taux de rebond élevé peut par exemple indiquer que d’emblée, le design de votre page et la structure de vos articles font fuir les internautes. Un nombre de visites qui a chuté petit à petit peut, quant à lui, indiquer que votre site a plus de pages zombies que de pages de qualité.

Chaque métrique se réfère à un ou plusieurs problèmes et seul un audit approfondi vous permettra de déterminer lesquels. Une fois les problèmes identifiés, vous trouverez les bonnes solutions pour relancer le site ou le blog inactif. Là encore, n’espérez pas avoir un gros trafic tout de suite, car cela demande toujours un peu de temps. Patience donc …

Etablir une ligne éditoriale claire

Etablir une ligne éditoriale claire

Que ce soit pour un nouveau site ou dans le cadre de la refonte d’un site existant, il est indispensable d’avoir une ligne éditoriale claire. C’est la base de tout référencement naturel, car elle regroupe l’ensemble des contenus de votre site. On ne se réfère pas seulement aux textes qui alimentent le site ou le blog, mais aux différentes pages dont le site a besoin comme la page FAQ, la page Ressources …

La ligne éditoriale s’intéresse également au calendrier éditorial, au cocon sémantique, aux mots-clés, à la fréquence de publication, aux silos thématiques, aux contenus de format varié … Parmi tous ces points, le calendrier éditorial est celui qu’il ne faut jamais négliger.

Ce dernier doit être dressé avant même la rédaction de contenus. Il regroupe tous les sujets de fond sur lesquels vous pourrez écrire. Quand vous remplissez le calendrier, essayez de rassembler les sujets en silo c’est-à-dire un article mère suivi de plusieurs sous-articles. Non seulement, vous avez déjà les sujets, mais vous travaillez déjà aussi sur le maillage interne.

A chaque sujet, essayez de dégager les mots-clés à utiliser ainsi que les idées sur lesquelles vous souhaitez que l’article se base. Précisez ensuite sa date de publication en fonction de laquelle sera déterminée sa date de rédaction. En général, un article doit être rédigé 15 jours avant sa date de publication pour qu’il ait le temps de passer sous les mains des correcteurs.

Pour la publication d’articles de fond, une fréquence de deux articles par semaine est conseillée pour augmenter le taux de trafic. Autant que possible, tâchez d’habituer vos lecteurs à des jours précis (et même des horaires précis) pour la publication. Ils en feront une habitude et ne manqueront aucun de vos nouveaux contenus.

Entre les deux contenus hebdomadaires, laissez des créneaux de libre pour les actualités et les contenus saisonniers. Ces derniers doivent être insérés dans le calendrier dès le départ puisqu’on sait d’avance que ces évènements auront lieu.

Lire aussi – 10 astuces pour maintenir une bonne productivité

Mettre à jour d’anciens contenus

Mettre à jour d’anciens contenusC’est une excellente astuce dont il faut user lorsqu’on veut relancer un site inactif. Il va sans dire que l’audit SEO doit précéder la mise à jour pour déterminer les pages zombies à traiter. De nos jours, de nombreux outils sont efficaces pour lancer un audit. Toutefois, pour partir à la chasse des contenus et pages ayant peu de visiteurs, mieux vaut utiliser RM Tech. C’est le seul outil qui affiche, en même temps que les autres métriques, l’Indice zombie. Il vous permettra alors d’identifier les pages à traiter en urgence.

La mise à jour d’anciens contenus permet de remettre certains vieux articles au goût du jour. Il faut vérifier que les informations citées sont toujours correctes ou ont connu des évolutions. Il est aussi possible de les allonger un peu, car si auparavant, les algorithmes des moteurs de recherche trouvaient qu’un contenu de 500 mots était l’idéal, aujourd’hui, ils privilégient les contenus longs de plus de 1 000 mots.

Cette technique s’adresse surtout aux contenus froids qui restent immuables dans le temps. Les contenus chauds, quant à eux, puisqu’ils se composent essentiellement d’actualités et de buzz désormais passés, peuvent être archivés si vous jugez en avoir encore besoin.

En savoir plus sur les contenus chauds et les contenus froids

En retravaillant des contenus peu lus, vous verrez que votre trafic s’améliorera aussi petit à petit. Il faut toutefois y aller en douceur, car chaque article et page mis à jour devra être re-soumis aux robots crawlers pour être à nouveau indexé.

Mieux cibler vos prospects

Mieux cibler vos prospectsAvant de créer un site web, vous devez déjà savoir à qui vous allez vous adresser. Vous ne pouvez pas vous contenter d’une réponse trop large comme « aux internautes », « aux femmes », « aux hommes » … Essayez de définir clairement votre cible.

Vous souhaitez vous adresser aux femmes, mais de quelle tranche d’âge, de quel milieu, de quelle profession, de quel pays, avec quels intérêts … ? Il faut essayer d’affiner le plus possible votre échantillon pour vraiment apporter des réponses utiles et pratiques à vos lecteurs.

Il est possible que vous ayez plusieurs types de buyers personas. Pour leur proposer des solutions sur-mesure, il peut être utile d’établir différents groupes et de classer vos lecteurs dedans en fonction de leur profil. Ainsi, vous enverrez les bonnes newsletters à chaque groupe en fonction de leurs besoins.

Gardez en tête que lorsque les contenus parviennent aux bons lecteurs, ces derniers ne se priveront pas de les partager sur les réseaux sociaux ou à leurs contacts. Vous obtiendrez ainsi plus de trafic de qualité.

Lire aussi – Buyers personas : comment les insérer dans votre stratégie de content marketing ?

Attention, il ne faut pas seulement privilégier le groupe le plus dynamique qui regroupe les visiteurs chauds. Il faut également multiplier les efforts auprès des visiteurs froids jusqu’à ce qu’ils deviennent chauds à leur tour.

Continuer d’utiliser les newsletters et l’emailing

Continuer d’utiliser les newsletters et l’emailingEn prolongement avec la technique ci-dessus, il y a les campagnes d’emailing et de newsletters. Cela consiste à envoyer des emails aux contacts rassemblés sur votre liste afin de les informer sur une nouveauté ou une offre que vous proposez. Les courriels permettent aussi de remercier un client pour l’achat qu’il vient de faire, un petit geste qui peut sembler anodin, mais qui aide à fidéliser le client. D’ailleurs, cette astuce doit être intégrée au cœur même de votre stratégie de gestion de la relation client (CRM).

Il fut un temps où les newsletters étaient très sollicitées par les entreprises puis elles ont perdu petit à petit leur intérêt. Il faut pourtant savoir que toutes les grandes firmes y font encore appel. Certes, les retombées ne sont plus aussi importantes qu’avant, mais elles contribuent quand même à augmenter le trafic.

En savoir plus sur – La newsletter : un outil marketing toujours efficace ?

L’astuce c’est de savoir rédiger les emails en y insérant les mots clés qui vont convaincre vos contacts de cliquer sur le lien inséré. Pensez notamment à la personnalisation, mais aussi à la teneur de l’offre. Offrir un repas dans un restaurant de Paris à une personne qui vit en Australie est par exemple totalement déplacé. Autrement dit, vous devez vous baser sur le profil de chaque client avant de lui envoyer un email.

A lire – 12 points à retenir pour rédiger une newsletter parfaite

Multiplier les backlinks de qualité

Multiplier les backlinks de qualitéVous avez rempli votre site avec des articles de qualité, vous avez pris soin de traiter les pages zombies, vous avez mis à jour vos vieux articles, … mais le trafic ne bouge toujours pas ? Pas de panique, car il vous reste encore quelques techniques en stock dont les fameux backlinks ou liens externes provenant d’autres sites.

Parfois, des webmasters, ayant apprécié vos contenus, décident, par eux-mêmes, d’insérer un lien, qui pointe vers vous, sur leur page pour faire découvrir à leur audience les articles qu’ils ont jugé utiles. Ça ce sont des backlinks naturels. Votre seule tâche a été de proposer des contenus de qualité. Bien que cela devrait toujours en être ainsi, obtenir naturellement ce genre de lien est assez difficile. C’est pour cela qu’il faut faire appel à quelques techniques bien connues des webmasters telles que :

  • l’échange de liens ou liens noués : les sites partenaires décident, chacun leur tour, d’insérer sur un de leurs contenus, un lien vers l’autre. Pour que cette technique soit efficace, les deux sites doivent avoir des thématiques similaires, proches ou complémentaires. Les liens doivent rester naturels et cohérents. A lire – Comment déterminer la qualité d’un lien ?
  • le guest blogging : là, on part avec le même principe que l’échange de liens, mais la différence, c’est qu’au lieu de demander un lien sur un contenu quelconque de l’autre site, vous envoyez un article rédigé par vos soins à votre partenaire avec votre lien dedans. Le partenaire va alors le publier sur son site en tant qu’article invité ».
  • s’inscrire sur des forums thématiques ou intégrer des groupes Facebook qui s’intéresse à votre thématique. Le but n’est pas d’y partager tous vos articles, mais d’interagir avec les différents adhérents de manière naturelle. Vous devez discuter avec eux, répondre aux questions, commenter les publications … Quand une publication cadre justement avec l’un de vos articles, vous pouvez proposer aux autres de lire votre article là-dessus en insérant le lien vers la page. Il faut que la proposition soit cohérente avec la publication et la discussion sinon, les autres risquent de vous considérer comme un spammeur.

Ces techniques permettent d’avoir des backlinks, mais attention, avant de les valider tous, assurez-vous qu’ils proviennent de sites d’autorité. Le petit inconvénient avec les liens externes c’est que, soit vous bénéficiez du trafic et de la notoriété du site source, soit vous écopez de la même mauvaise réputation que celui du site source. Il faut faire en sorte que les backlinks soient toujours issus de sites de même notoriété que vous, et autant que possible de forte autorité. Découvrez un Top 7 des meilleurs outils pour surveiller ses backlinks

Cela signifie qu’il ne faut pas seulement miser sur la quantité, mais également prêter attention à leur qualité. Mieux vaut avoir trois backlinks de qualité que dix backlinks de mauvaise qualité.

Lire aussi – Combien de backlinks faut-il pour optimiser son référencement naturel ?

Etablir une bonne stratégie social media

Etablir une bonne stratégie social mediaLes réseaux sociaux sont devenus un levier important de conversion et de trafic. A l’image des sites web et des blogs, aucune entreprise ne peut aujourd’hui réussir sans une bonne stratégie Social Media.

L’objectif est d’attirer les utilisateurs des réseaux sociaux vers votre site et de les convertir en clients. Il ne suffit pas de faire une publication de temps à autre pour attirer leur attention. Les algorithmes des réseaux sociaux ne privilégient que les contenus à forte interaction : beaucoup de likes, de commentaires, de réactions, de partages …

A lire – Réseaux sociaux : les chiffres à connaître pour peaufiner votre stratégie

A part créer une page active sur ces plateformes, adhérez à des groupes qui s’intéressent à la même thématique que vous, interagissez avec les autres, créez-vous une belle réputation en proposant des concours, publiez des choses qui vous placent en tant qu’expert dans votre domaine, variez le format de vos publications (textes, images, vidéos …), donnez des conseils à ceux qui en recherchent, apportez votre expertise à ceux qui en ont besoin et, quand cela s’avère nécessaire et pertinent, partagez vos articles sur vos pages et insérez vos liens dans vos commentaires.

Il est aussi important de multiplier les plateformes à utiliser. Ne vous focalisez pas uniquement que Facebook, mais faites aussi appel à Pinterest, à Twitter, à LinkedIn, à Instagram, à YouTube … Bien évidemment, il faudra varier les contenus en fonction de chaque réseau social.

Lire aussi – Plateformes de vente sur les réseaux sociaux : comment bien les exploiter ?

Améliorer la vitesse du site

On le sait tout, Google a décidé de miser sur l’Indexation Mobile First. Pour cause : les internautes utilisent de plus en plus leur smartphone pour naviguer sur Internet. Il a donc bien fallu s’adapter à cette nouvelle demande d’où la nécessité de proposer, ou du moins d’avoir, une version Mobile de son site web.

L’objectif est de permettre aux « mobinautes » d’accéder à la totalité du site depuis le petit écran de leur téléphone mobile. Ils doivent pouvoir lire les différentes catégories du site sans avoir à glisser l’affichage de gauche à droite, ils doivent pouvoir lire les vidéos sans interruption, ils doivent pouvoir afficher les images dans leur ensemble sans avoir à les faire glisser et surtout, ils doivent pouvoir accéder au site rapidement.

Si votre site a tendance à mettre plusieurs secondes pour s’afficher, c’est qu’il est beaucoup trop lourd et ne répond pas aux exigences du Mobile First. Google n’aime pas du tout ce genre de site donc ne vous étonnez pas si votre taux de rebond est élevé ou, pire encore, si vous n’apparaissez pas dans les premières pages des résultats de recherche.

Pour remédier à cela, proposez dès maintenant un site Responsive et Mobile Friendly. Il faudra travailler sur la vitesse de chargement, le poids des vidéos, le poids et la taille des images …

A lire – Images volumineuses : quels outils utiliser pour réduire leur poids ?

Faire appel au référencement payant

Faire appel au référencement payantLe référencement naturel est la base pour accroître la visibilité de son site et ainsi augmenter le trafic. Il peut toutefois mettre plusieurs mois, voire années, pour apporter de bons résultats. L’avantage c’est qu’une fois les techniques SEO bien maîtrisées, le trafic ne cessera d’augmenter, doucement, mais durablement. Il faut être patient.

De temps en temps, il peut être intéressant de donner un petit coup de boost à sa stratégie SEO en faisant appel au référencement payant. Comme son nom l’indique, cela nécessite un petit investissement pour toutefois obtenir un bon taux de trafic rapidement. La principale technique connue est le SEA (Search Engine Advertising).

Le SEA fait appel à la plateforme Adwords de Google sur laquelle on peut trouver des mots-clés précis et qualifiés. Grâce à leur utilisation, vous engrangerez rapidement du trafic et grimperez rapidement dans le positionnement des SERPs. Vous pouvez aussi faire appel à Google AdSense pour améliorer votre visibilité.

Outre le SEA, il y a aussi le SMO (Social Media Optimization) qui n’est autre que l’optimisation de sa visibilité sur les réseaux sociaux. Il doit faire partie de la stratégie Social Media. Contrairement aux publications gratuites et autres interactions avec les autres utilisateurs, il faut utiliser les régies publicitaires des réseaux sociaux pour toucher une cible qualifiée.

Lire aussi – SEM, SEO, SEA, SMO, SXO : les mots du langage

Ne pas se baser exclusivement sur Google

Il ne s’agit pas vraiment d’une technique, mais d’un conseil. Il est vrai que Google détient la plus grosse part de marché à travers le monde, mais il n’est pas le seul moteur de recherche existant. D’ailleurs, dans certains pays, il est interdit de l’utiliser.

De ce fait, même si globalement, c’est lui qui fait la pluie et le beau temps en matière de référencement, il ne faut pas totalement calquer sa stratégie en fonction de ses seules exigences. Vous devez aussi tenir compte des exigences des autres moteurs.

Ainsi, si jamais Google venait à vous pénaliser, votre site restera visible par les autres moteurs de recherche. Vous continuerez ainsi à générer du trafic le temps d’arranger les choses avec la firme de Mountain View.

Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *