Android se sépare d’Huawei

Android se sépare d’Huawei
(Mis à jour le: 23 mai 2019)
Android se sépare d’Huawei
3.8 (75%) 4 vote[s]

La nouvelle concernant la rupture entre Android et Huawei circule depuis quelques temps, mais c’est désormais officiel. Huawei et Android continueront désormais leur chemin, chacun de leur côté suite à la décision du gouvernement Trump d’interdire l’utilisation de Google sur des appareils chinois.

Huawei et Android, des partenaires de longue date

Cela fait de nombreuses années que les appareils conçus par Huawei utilisent le système Android de la firme de Mountain View. Une collaboration prospère surtout pour Huawei qui a ainsi vu ses ventes se multiplier.

En effet, grâce à ce partenariat, les utilisateurs de smartphones de la marque Huawei pouvaient accéder à toutes les applications proposées par Google telles que le Google Play Store, Google Maps, Gmail, YouTube, …

Cela ne sera plus le cas à partir de maintenant puisque Google a été contraint de rompre tous les liens qui l’unissent à Huawei.

Une rupture ordonnée par Donald Trump

Google devrait se séparer de Huawei

Google n’est pas l’instigateur principal de cette rupture puisque c’est le gouvernement américain qui l’oblige à mettre fin à son partenariat avec la marque chinoise.
Pourquoi ? Parce que le gouvernement américain pense qu’en faisant affaire avec des sociétés étrangères, la sécurité des Etats-Unis se retrouve menacée. Autrement dit, il craint que le gouvernement chinois ne se serve des applications Google pour espionner le gouvernement américain.

Rappelons que ces craintes ne datent pas d’hier puisque depuis l’année 2018, les agences de renseignement américaines ont décrit Huawei comme un « bras du gouvernement chinois ». Le doute n’est donc plus permis pour Donald Trump qui exige que dorénavant, toutes les sociétés étrangères souhaitant collaborer avec des sociétés américaines obtiennent d’abord une autorisation du gouvernement.

Malheureusement pour Huawei, elle se retrouve sur la liste des sociétés n’ayant pas cet agrément d’où la fin de son contrat avec Android.

L’avenir reste sombre pour Huawei

Huawei et GoogleCette nouvelle a fait l’effet d’une bombe du côté de Huawei qui doit, désormais, trouver une alternative performante à Android.

Soulignons que depuis quelques années, la marque chinoise développe déjà un système d’exploitation « maison », justement pour faire face à ce genre de situation, mais on ne peut pas encore confirmer ou infirmer son efficacité. Le temps que la marque l’améliore et l’adapte à ses appareils, Huawei a toujours la possibilité d’utiliser l’Android Open Source Project (AOSP) sur lequel elle dit avoir beaucoup contribué.

L’avenir d’Huawei semble donc flou, mais la marque chinoise ne tient pas à abandonner pour autant.

D’ailleurs, malgré la triste nouvelle, elle se veut confiante et tient à rassurer ses clients que tous les produits déjà en vente, déjà en stock et déjà utilisés actuellement continueront de fonctionner sous l’Android de Google. Le seul bémol c’est qu’ils ne pourront pas être mis à jour quand Google décidera de lancer sa mise à jour majeure pour l’Android Q.

Intel et Qualcomm rompent également avec Huawei

En suite logique de la décision de Donald Trump, Huawei doit aussi se séparer d’Intel et de Qualcomm. L’impact de cette autre rupture est moindre par rapport à celle avec Android, mais il faut quand même souligner que cela fera un chiffre d’affaires en moins pour ces deux sociétés.
Pour cause : Intel fournit des processeurs et des puces de serveurs à Huawei pour la conception de ses ordinateurs portables tandis que Qualcomm lui fournit des puces pour ses smartphones.
Dans ces deux cas, Huawei n’a pas grand-chose à perdre puisque même s’il a continué à travailler avec ces entreprises, cela fait de nombreuses années qu’il produit lui-même des puces pour ses produits.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *