Site E-commerce : les points à vérifier en SEO pour optimiser vos fiches produits

Fiche produit : comment l’optimiser
(Mis à jour le: 3 janvier 2020)

Le e-commerce est un univers très concurrentiel. Faire en sorte d’être le plus visible possible est donc une guerre de tous les jours et pour ce faire, l’enseigne doit miser sur divers points. Il y a d’abord sa réputation que ce soit sur le web ou ailleurs puis le design de sa vitrine en ligne et enfin la qualité de ses contenus web. Chacun de ces trois points doit être minutieusement soigné. En ce qui concerne les contenus web et donc la rédaction des fiches produits pour les sites de commerce, ces derniers doivent être rédigés correctement pour une meilleure optimisation. Voici comment faire …

1. Optimiser la balise TITLE

La balise TITLE c’est le titre en bleu, à la première ligne, qui apparaît sur les pages de résultats après qu’on ait lancé une recherche. Bien renseigner ce titre est important, car il doit permettre aux internautes de retrouver facilement le produit recherché. Il existe plusieurs manières de le reformuler, mais la règle principale est qu’il doit contenir le mot clé principal, à savoir le nom du produit et ne pas dépasser les 70 caractères. Globalement, il est possible d’aller au-delà de 70 caractères, mais Google ne tiendra pas compte de tout ce qui suit au-delà de ce nombre.

Il est alors conseillé de vous limiter là en tâchant d’y faire entrer les mots-clés les plus percutants. Dans ce sens, on entend : le nom du produit, le nom du site sur lequel vous pourrez le trouver et le point fort du produit.

Exemple : « Pull 100 % laine sur nomdedomaine.com »

Là, on retrouve le nom du produit + point spécifique du produit + nom du site.

2. Bien renseigner le fil d’ariane

Le fil d’ariane est témoin de l’arborescence de votre site. Chaque catégorie et sous-catégorie doivent être bien renseignées de sorte à insérer dans ce fil différents mots-clés autour du produit. Il contribue également à établir un bon maillage interne puisque chaque catégorie pourra mener l’internaute sur une page du site e-commerce.

Exemple : Accueil > Mode > Vêtements > Vêtements femme > Pulls femmes

Là on part de la page d’accueil pour entrer petit à petit vers l’article en question. De l’accueil, on va dans l’univers du produit pour se rendre dans la catégorie puis la sous-catégorie et enfin l’article en question.

3. Bien structurer les balises Hn

Un produit équivaut à une fiche ou une page. Pour bien faire comprendre à clients de quel produit il s’agit, il faut toujours commencer par renseigner le titre ou balise H1. Cette dernière doit être unique, mais pas trop courte. On doit y trouver le mot-clé principal avec quelques caractéristiques du produit.

Exemple : Pull blanc en laine motifs fleuris Collection automne-hiver 2018

Voilà un titre clair qui complète très bien la balise Title et la Meta description sans les reprendre mot pour mot.

  • Utiliser des balises H2

Attention, une fiche produit ne doit contenir qu’un seul titre H1. Certaines enseignes ont toutefois trouvé un moyen ingénieux pour insérer indirectement un titre H2 en intégrant le H1 dans le fil d’ariane.

Bien qu’elles soient moins importantes que les balises H1 et la balise Title, les H2 permettent, encire une fois, de bien indiquer aux moteurs de recherche que quelle page du site ils se trouvent.

A lire : Les balises H1 H6 les bonnes pratiques !

4. Bien choisir la taille et la dimension des images

Quand les internautes ouvrent une fiche produit, l’image est le premier élément qui leur tape dans l’œil. S’ils aiment ce qu’ils voient, ils vont vouloir lire la fiche et peut-être acheter le produit. Si l’image ne les convainc pas ou s’il n’y a pas d’image, les chances qu’ils poursuivent la consultation de la fiche sont minces. Il est donc essentiel de publier une image de qualité, voire même plusieurs images qui permettent de voir le produit sous différents angles. Pour le choix des photos, quelques points sont à prendre en compte :

  • La qualité: l’image doit être claire et nette. On évite tout de suite les images trop pixélisées. Pour ce faire et si vous en avez les moyens, contactez un professionnel pour un shooting photo et ce, même si vous vendez de la vaisselle. Le but est de mettre le produit en valeur pour séduire la clientèle. Les images en haute définition sont donc à privilégier.
  • La taille : sur une fiche produit, les images de grande taille attirent plus l’attention que les miniatures. Toutefois, ces dernières ont tendance à être lourdes et à ne pas s’afficher entièrement sur les smartphones. Pas de panique, il existe des solutions pour cela. Pour le poids des images, il suffit d’utiliser un outil spécifique pour le réduire. Quant à l’affichage, si vraiment l’image est trop grande, mieux vaut en afficher une de taille moyenne puis ensuite permettre la fonction zoom lorsque l’internaute passe le curseur dessus.
  • Les angles de vue : les internautes sont plus enclins à acheter un produit en ligne lorsqu’ils peuvent le découvrir sous divers angles. Il ne faut donc pas hésiter à publier une photo de face, de dos, de côté … Cette technique permet de « faire le tour » du produit sans même l’avoir directement en face. Bien sûr, cela n’est pas nécessaire pour certains articles comme un ballon de basket-ball. Par contre, pour un article disponible en plusieurs couleurs, il est plus pertinent de les afficher tous. Cela permet aux clients potentiels de mieux se projeter au lieu de simplement imaginer à quoi ressemble la version verte, rouge, …

En savoir plus : Banques d’images libres de droit : quelles sont les meilleures adresses ?

En gros, les images que vous publiez doivent aider l’internaute à se faire une idée très proche du produit.

5. Bien renseigner vos images

Une fiche produit doit toujours comprendre une ou plusieurs images. Chacune des images que vous publierez doit être renseignée correctement. Pour ce faire :

  • Nommez vos images en évitant les caractères spéciaux
  • Renseignez les légendes de vos images
  • Renseignez les balises ALT des images

Une image non renseignée ne sera pas pris en compte par Google or pour qu’une fiche produit ait de la valeur, elle doit comprendre des photos.

A lire : Référencement des images, illustrez vos articles !

6.Bien rédiger un contenu pertinent

Fiche produit : comment l’optimiser

Le contenu web est une des parties les plus importantes lorsqu’on parle de référencement que ce soit de simple texte ou de fiche produit. Chaque produit publié doit alors se composer d’une description de qualité qui devra être validée et appréciée par Google. C’est là que les choses se corsent un peu, car qui peut prétendre connaître exactement ce que Google désire. On peut néanmoins essayer de se rapprocher de sa fiche produit idéale en retenant les points suivants :

  • Une fiche de plus de 300 mots
  • Un texte avec des petits paragraphes
  • Une structure de texte bien aérée en utilisant des sous-titres, des H2 et H3 et des listes à puce
  • Le nom du produit doit être répété trois à quatre fois dans le texte
  • Les mots-clés importants doivent être mis en valeur par des caractères en gras

Attention, la fiche doit présenter une description du produit et non adopter un style trop commercial. Chaque phrase doit apporter une nouvelle information pertinente et relative au produit. On évitera les répétitions et les phrases bateau qui n’apportent aucune valeur ajoutée à l’article.

A lire : Content manager checklist : les 10 points à vérifier avant la publication d’un article web

La majorité des enseignes publie des descriptions en deux temps : une première description courte qui énonce les caractéristiques générales du produit et une deuxième description plus longue et détaillée. Les deux ne doivent pas reprendre les mêmes phrases.

7.Rédiger une fiche de produit c’est raconter une histoire

Une petite astuce consiste à rédiger une description qui sorte de l’ordinaire. Certes, vous allez devoir décrire le produit d’une manière ou une autre, mais quitte à le faire, pourquoi ne pas le faire différemment des concurrents ? Ainsi, au lieu de vous limiter à énumérer les caractéristiques techniques du produit, mettez en avant ses avantages, ses intérêts, ce qu’il permet de faire … Le but est de construire une petite histoire autour du produit pour toucher la fibre sentimentale des internautes. Vous pouvez même vous lancer dans de l’humour pour essayer de réveiller quelques sentiments. Ici, on se rapproche un peu du storytelling en matière de rédaction de contenu, mais on veut une version courte de l’histoire.

8. Bien faire du maillage interne

Vos fiches doivent afficher des liens en interne qui redirigent vers d’autres pages du site e-commerce. Il vous faudra alors faire un véritable travail de fond afin de lier vos pages entre elles. En gros, le site doit ressembler à une grande toile d’araignée. Pour ce faire, vous pouvez vous faire appel :

  • au fil d’ariane : ce chemin de navigation permettra aux internautes de se rendre facilement de la fiche vers d’autres catégories
  • aux ventes croisées : cela vous permettra de lier la vente de produits complémentaires ou qui appartiennent à la même famille du produit que vous êtes en train de consulter

Lire aussi : Ce qu’il faut savoir sur le linkbaiting

9. Editer un site mobile friendly

Les internautes utilisent plus leur smartphone et leur tablette pour faire des achats en ligne que leur PC. Il est donc très important que votre site existe en version mobile leur offrant alors une vitesse rapide d’affichage. Un site qui s’affiche deux secondes de trop et le client ira voir ailleurs.

A lire également : Le référencement des pages YMYL

Et les internautes ne sont pas les seuls à pénaliser une vitesse d’affichage trop lente, car Google lui-même méprise ce genre de site. Il n’hésitera donc pas à le sanctionner et vous pouvez dire au revoir à votre bon positionnement.

10. Privilégier du contenu frais de manière régulière

Même si la fiche est déjà en ligne depuis quelques temps, il est important d’y apporter, de temps en temps, une petite mise à jour. Pour ce faire, vous pourrez par exemple mettre en place une bonne stratégie d’avis clients. En effet, chaque fois qu’un client, même s’il n’achète pas, émet un avis sur le produit, la fiche de celui-ci sera mise à jour automatiquement. Les moteurs de recherche vont alors lancer une nouvelle analyse et reclassera votre page en fonction des avis émis.

Gardez en tête que pour les internautes, ces avis ont le don de les rassurer sur ledit produit, mais pour Google, ils apportent une valeur ajoutée à l’annonce. Il faut donc inviter vos clients à émettre leur avis en les motivant, par exemple, avec un bon d’achat ou des points de fidélité.

Pour une meilleure optimisation encore, vous pouvez mettre une balise H2 au niveau du titre des avis. Cela permettra de citer à nouveau le nom du produit.

A lire : Les 5 choses à ne pas faire en E commerce

11. Ne pas oublier les éléments de réassurance

Rédiger une description en béton et des images de qualité premium ne suffisent pas forcément à convaincre les internautes de cliquer sur le bouton « Ajouter au panier ». Parfois, il faut un peu leur forcer la main et pour cela, vous avez les éléments de réassurance de votre côté. De quoi s’agit-il ?

Ce sont des éléments conçus pour renforcer la confiance que les clients potentiels commencent à avoir envers vous. On en distingue plusieurs types dont les plus efficaces sont :

·         La mention claire des frais de livraison :

Les internautes aiment effectivement savoir dès le départ combien la livraison du produit qu’il s’apprête à acheter va leur coûter. Ce tarif sera ajouté au prix TTC du produit et ils obtiennent la somme totale à débourser. Il va de soi que si les frais de livraison sont trop onéreux, l’abandon de panier sera la réaction la plus logique des internautes surtout si l’acheteur n’en prend connaissance qu’à l’avant-dernière étape du funnel de vente. C’est pour cela que la majorité des grandes enseignes n’hésitent pas à afficher la gratuité de la livraison à partir d’un certain prix ou les petits prix demandés pour la livraison. C’est un élément de réassurance qui fonctionne très bien.

Dans le cas où vous avez diverses formules pour le calcul des frais de livraison, mieux vaut réserver une page spécifique pour la « Livraison ». Vos clients pourront alors s’y rendre pour savoir combien ils vont débourser en plus. Attention, la non-indication des frais de livraison dès le départ rime souvent avec livraison gratuite pour les clients. De ce fait, ne les décevez pas au dernier moment en exigeant des frais astronomiques. Non seulement, ils vont abandonner leur panier, mais ils ne reviendront pas, non plus sur votre boutique.

Et toujours en matière de livraison, pensez aussi à mentionner la durée, les conditions de retour et d’échange. Cela va rendre le client plus confiant.

·         Le LiveChat :

Dans une vraie boutique physique, les clients ont, à leur disposition, des vendeurs pour les conseiller ou pour répondre à leurs questions. Sur une boutique en ligne, il n’y en a pas or, les internautes ont toujours des questions en tête. L’absence d’interlocuteurs peut les freiner dans leur décision d’achat.

Pour y remédier, divers outils permettent actuellement de discuter directement avec un conseiller d’un site dont le LiveChat. Il s’agit d’une messagerie instantanée par le biais de laquelle on peut poser des questions et obtenir des réponses dans l’immédiat. Attention, si vous êtes le gestionnaire du site, comprenez bien que vous devez affecter une ou plusieurs personnes spécifiques pour répondre à ces questions. Il faut que les clients aient une réponse dans l’immédiat d’où le caractère instantané du dispositif.

Si vous n’avez pas les moyens de créer ce poste, mieux vaut se tourner vers un livechat communautaire. Sur ce dernier, ce ne sont plus forcément vos employés qui vont répondre, mais les autres visiteurs en ligne. Ce système permet de gagner du temps, mais aussi de l’argent.

·         Les signaux de confiance :

Sur une fiche produit, on peut voir de nombreux signaux de confiance qui ne tapent pas forcément à l’œil, mais qui contribuent à convaincre les internautes. Parmi eux, on peut citer les étoiles d’évaluation, la mention « En stock », la mention « Satisfait ou remboursé », la garantie, la disponibilité du service après-vente, les modes de paiement, le suivi des commandes, l’origine des produits …

En fait, la pertinence de ces signaux peut varier d’un produit à l’autre. Pour savoir lesquels parmi eux vous devez utiliser pour tel ou tel produit, essayez de savoir ce que les clients voudraient connaître sur le produit avant d’acheter.

·         Les coordonnées de votre enseigne :

On est toujours plus prompt à acheter lorsqu’on sait que le siège de la boutique en ligne sur laquelle on souhaite acheter se trouve à telle ou telle adresse. Pour les consommateurs, c’est la garantie de pouvoir être remboursé en cas de produit de mauvaise qualité.

De ce fait, pensez toujours à mentionner sur votre site un numéro de téléphone valide et grâce auquel on peut vous joindre facilement. Non seulement, c’est la preuve que vous êtes joignable, mais aussi que derrière ce site se trouve de vrais humains plus accessibles.

Et bien évidemment, si vous avez des points de vente physique, n’hésitez pas à indiquer leurs adresses.

12 .Ne pas omettre le bouton « Ajouter au panier »

Quels que soient les produits que vous vendez, il ne faut jamais oublier le bouton « Ajouter au panier ». C’est la première étape vers la conversion. Lorsque vos clients veulent acheter le produit, c’est sur ce dernier qu’ils vont d’abord cliquer pour enclencher le processus d’achat. Il va de soi que pour qu’ils cliquent dessus, vous devez miser sur les éléments cités plus haut comme les images, la description, les signaux de réassurance … Mais ce n’est pas suffisant. Vous devez également travailler correctement ce bouton.

Pour ce faire, il faut miser sur :

·         sa forme : la forme rectangulaire est la plus courante puisqu’elle épouse la longueur du texte à l’intérieur. Toutefois, vous pouvez en choisir d’autres en fonction de vos envies. L’essentiel c’est qu’il reste visible.

·         sa couleur : il n’y a pas de couleur standard pour ce bouton. Il faut seulement qu’il se démarque du reste de la page et accroche le regard dès qu’on atterrit sur le site.

·         son emplacement : idéalement, on placera le bouton à proximité des éléments de réassurance. Et si possible, placez-le au-dessus de la ligne de flottaison pour qu’il soit bien visible dès qu’on arrive sur la page du produit. Attention, il faut éviter de le placer près d’autres boutons. Si cela est incontournable, il faut toujours le mettre dans une couleur plus accrocheuse. Si par exemple, vous avez le bouton « Réserver » à côté de « Ajouter au panier », ce dernier doit mieux se démarquer du premier.

·         sa formulation : « Ajouter au panier » est la formulation courante pour inciter à l’achat, mais vous pouvez utiliser d’autres verbes d’action tels que « Acheter, Commander, Voir les offres, Comparer … ». Si la forme infinitive est aussi plus utilisée, certaines enseignes les conjugue à la première personne du singulier pour obtenir « J’ajoute au panier, Je commande, J’achète … ». D’autres formulations sont possibles, mais la règle universelle est que la phrase doit être courte, cinq mots tout au plus, et qu’elle doit encourager à l’action. N’hésitez pas à faire des tests A/B pour déterminer quelle formule fonctionne le plus dans votre cas.

13. Rester visible sur les réseaux sociaux

Rester actif et visible sur les réseaux sociaux vous permet de gagner en notoriété. Dans vos publications, pensez à intégrer les liens de vos pages pour que vos amis en ligne puissent facilement s’y rendre. Plus vous êtes actif sur ces réseaux, plus vite vous gagnerez les faveurs de Google qui en tient particulièrement compte dans son algorithme.

Et retenez que vos amis sur les réseaux sociaux sont tous des clients potentiels à séduire et à transformer en clients fidèles. Tâchez donc de les fidéliser en leur proposant des petits concours, des réductions, des bons d’achat, …

14. Bien écrire vos Urls

Dans les Urls des fiches produits, on doit pouvoir voir le nom du produit et un ou deux autres mots-clés qui se réfèrent au produit.

Cela permet aux internautes ainsi qu’aux moteurs de recherche de savoir sur quelle page ils se trouvent sans même avoir à la consulter. Faites alors très attention à ce que les informations de l’Url coïncide avec le contenu.

15. Afficher les commentaires et les avis clients

La grande majorité, si ce n’est pas la totalité, des internautes consultent toujours les commentaires et les avis des autres clients avant de se décider à acheter. C’est une habitude que nous avons tous même après avoir lu une bonne description, vu de belles images, consulté les nombreux signaux de réassurance … Pour les consommateurs, c’est une manière supplémentaire pour se rassurer davantage.

Sous chacune de vos fiches produit, pensez donc à afficher les avis et commentaires des précédents clients. L’avantage c’est que vous pouvez les modérer et les trier, mais pas seulement. Ces commentaires sont également des éléments de réassurance très efficaces qui apportent, en plus, de nouvelles informations sur vos produits.

Dans certains cas, les clients reviennent d’eux-mêmes pour laisser un petit commentaire. Dans d’autres, il faut un peu les encourager en leur envoyant, par exemple, un email post-achat automatique qui les invite à émettre leur avis sur la page du produit. Vous pouvez aussi leur promettre la gratuité de la prochaine livraison en contrepartie d’un petit commentaire.

Et en parlant d’avis clients, sachez qu’il est possible d’indiquer leur nombre sur les pages des résultats de recherche. Evidemment, cela va intriguer les internautes qui seront plus enclins à cliquer sur ce lien.

Comments (2)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *