Google : une mise à jour en date du 8 novembre dernier ?

Dernière mise à jour de Google
(Mis à jour le: 14 novembre 2019)

Que Google fasse des mises à jour, cela n’a rien de surprenant. On sait d’ailleurs que pour des mises à jour mineures, il n’a pas besoin d’en faire une annonce officielle. Toutefois, quand il s’agit d’une mise à jour majeure, il essaie toujours d’avertir les webmasters. Cela n’a pourtant pas été le cas cette fois-ci or, il semblerait bien qu’un grand changement ait eu lieu.

Quand est-ce que ces changements ont eu lieu ?

On n’a pas de date vraiment précise, mais on pense qu’une mise à jour majeure a lieu entre le vendredi 8 et le samedi 9 novembre derniers. La raison est qu’au lendemain du week-end qui a suivi, de nombreux sites ont vu leur trafic chuter à -40% tandis que d’autres se sont vu surclasser en quelques heures. Des changements importants qui prouvent bien que quelque chose s’est passé, mais Google refuse pourtant de le confirmer.

Face à l’insistance des webmasters, Danny Sullivan, le porte-parole du groupe a seulement évoqué les explications habituelles. Selon lui, les updates de Google sont choses courantes et qu’il faut maintenir une qualité élevée du contenu. Bref, des informations que l’on connaît déjà et qui ne nous disent pas grand-chose sur ce qui s’est passé.

Que va-t-il se passer maintenant ?

On sait déjà que beaucoup de sites ont été impactés. A première vue, toutes les thématiques ont été touchées, contrairement à la mise à jour Medic qui a seulement ciblé les sites sur la santé.

Le plus navrant c’est que des sites non-spammeurs et considérés comme propres et bien structurés ont vu leur visibilité décroître. Pourtant, en temps normal, ce genre de sites reste inébranlable face aux mises à jour puisqu’ils respectent déjà les exigences de l’algorithme de Google. Cette fois-ci, leur coquille imperméable a été percée, faisant d’eux des dommages collatéraux.

Ladite mise à jour n’a visiblement pas donné les résultats escomptés ce qui pourrait, peut-être, faire revenir Google en arrière.

Pour l’heure, rien n’est encore sûr, puisque face au mutisme de Google et face à l’impossibilité de faire du « reverse engineering », on ne peut qu’attendre et rester sur nos gardes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *