Analyse concurrentielle en SEO : comment bien s’y prendre ?

Analyse concurrentielle en SEO : comment bien s’y prendre ?
(Mis à jour le: 21 juin 2021)

Avez-vous remarqué qu’avant de monter sur le ring, les boxeurs étudient d’abord les tactiques de combat de leurs adversaires ? Cela leur permet de connaître leurs points forts et leurs points faibles afin d’établir ensuite la meilleure stratégie pour les vaincre. L’analyse concurrentielle en SEO fonctionne de la même façon. Voici ce qu’il faut retenir.

En quoi consiste l’analyse concurrentielle en SEO ?

Comme pour la boxe, les webmasters étudient la stratégie de leurs concurrents afin de déterminer leurs points forts et leurs points faibles. Le but n’est pas de les copier, mais de comprendre comment ils évoluent afin de mettre en place une stratégie de référencement naturel bien plus efficace que la leur. En gros, on se base sur la stratégie des concurrents pour essayer d’établir une stratégie qui va vous permettre de développer votre entreprise, mais pas que. Cette dernière doit aussi vous permettre de sortir du lot, tant aux yeux des internautes qu’aux yeux des Googlebots.

L’analyse doit être faite de manière approfondie et doit s’intéresser à chaque facette du SEO. Cela inclut les mots-clés, le netlinking, l’autorité des sites, la stratégie sur les réseaux sociaux

Avant de décortiquer tous ces points, il y une chose que vous devez comprendre dès le début de cette expertise. En matière d’analyse des concurrents en SEO, vos concurrents ne sont pas ceux qui vendent les mêmes services/produits que vous. Ce sont ceux qui se sont positionnés sur les mêmes expressions clés que vous.

Pour cause, le référencement vise à accroître votre visibilité sur le web. Pour ce faire, vous allez utiliser des termes clés grâce auxquels les spiders de Google vont vous classer dans les résultats de recherche. Le seul problème c’est que vous ne serez jamais le seul à vous positionner sur un mot-clé à fort potentiel. D’autres vont en faire de même, et tout comme vous, ils vont apparaître dans les résultats de recherche. Ce sont vos concurrents, mais parmi eux, il y a ceux que vous devez bien surveiller. Qui sont-ils ? Ce sont ceux qui occupent les quatre-cinq premières lignes de la première page des SERPs.

Votre priorité est donc de faire un audit SEO de leurs sites et du vôtre afin de comparer vos stratégies respectives. Grâce aux données recueillies, vous allez pouvoir travailler votre référencement en connaissant déjà les techniques qui marchent dans votre domaine d’activités et auprès des personnes que vous visez. Il ne vous reste plus qu’à y apporter votre touche personnelle pour vous démarquer des autres.

A lire aussi – SEA : ce qu’il faut faire en 2021

Comment faire une analyse concurrentielle ?

Comment faire une analyse concurrentielle ?Pour mener à bien cette analyse, voici les étapes principales à suivre …

Etape 1 : Quels sont vos mots-clés principaux ?

Essayez d’abord d’établir une liste des mots-clés sur lesquels vous souhaitez vous positionner. Vous avez de nombreux outils pour cela. Pensez à sélectionner des :

  • mots-clés principaux : ce sont les termes très concurrentiels qui se réfèrent directement à votre secteur d’activités.
  • mots-clés secondaires : ce sont les termes qui complètent vos mots-clés principaux. Ils doivent aussi être cohérents avec votre thématique.
  • mots-clés de longue traîne: ce sont des expressions plus longues (au moins trois mots), mais qui ont un lien fort avec votre thématique.

L’association des trois est importante afin d’être visibles aussi bien sur des termes clés que sur des expressions peu utilisées par la concurrence, mais utilisées par les internautes. Le tout doit être cohérent et pertinent.

Etape 2 : Qui sont vos concurrents principaux ?

L’astuce est simple : saisir un mot-clé principal dans la barre de recherche de Google puis lancer la recherche. La première page des résultats vous indiquera quels sont les sites qui ont aussi décidé de se positionner là-dessus.

Vous verrez que parmi eux, il n’y a pas uniquement de sites e-commerce ou uniquement de blogs. Ils peuvent se retrouver pêle-mêle puisqu’ils utilisent les mêmes expressions.

Notez les premiers sites qui apparaissent puis refaites une nouvelle recherche pour vos autres mots-clés. Vous verrez que certains sites apparaissent plus souvent que d’autres. Vos principaux concurrents sont ceux qui apparaissent souvent, car visiblement, ils utilisent la majorité des termes que vous avez choisis pour votre propre site. Il faudra juste le confirmer avec l’étape qui va suivre.

Pour avoir des résultats pertinents, essayez de ne pas utiliser des mots-clés trop génériques pour cette recherche.

A l’issue de la quête de vos concurrents, pensez à revoir la liste de vos propres mots-clés afin d’en ajouter ou d’en retirer, selon les cas. En effet, en plus de savoir à qui vous avez affaire, cette étape vous permet de connaître les expressions les plus ciblées par le secteur, le volume de recherche pour chaque terme et la catégorie à laquelle elles appartiennent. Ces données vous aideront à établir une meilleure liste.

Découvrez des outils pour le référencement naturel

Etape 3 : Quelle est l’autorité de vos concurrents ?

Parmi les concurrents retenus après l’étape précédente, il y a ceux que vous devez vraiment craindre et ceux qui ne représentent pas vraiment de danger (mais à surveiller quand même). Pour déterminer sur qui vous devez garder un œil, déterminez la force de chacun. Pour cela, consultez, soit le Trust Flow de chaque site depuis Majestic SEO, soit l’autorité de domaine de chaque site depuis Moz.

Chacun de ses outils proposent une extension sur Chrome donc il ne vous reste plus qu’à les installer. Une fois l’installation faite, vous verrez apparaître directement dans les résultats de recherches les indicateurs correspondant à chaque site.

Lire aussi – Analyse de la SERP et de la concurrence : quels outils utiliser ?

Etape 4 : Comment construire l’arborescence du site ?

Logiquement, vous pouvez adopter la structure que vous souhaitez pour votre site, mais l’analyse concurrentielle vous permet de savoir quelle arborescence fonctionne le mieux auprès des internautes et des robots crawlers.

Une des choses à faire c’est donc d’étudier l’optimisation on-page des concurrents. Comment faire ? Voici ce qu’il faut repérer :

Chaque technique SEO utilisée par les adversaires vous donne des informations précieuses quant à leur efficacité, leur bonne utilisation et, éventuellement, les améliorations que vous pouvez apporter sur votre site. Pour réaliser ce genre d’analyse, vous disposez de nombreux outils comme SEMRush, SEOptimer, OnCrawl …

Un conseil : intéressez-vous surtout aux pages les mieux référencées de vos concurrents. Le but : comprendre comment ils arrivent à faire cela. Parfois, leur positionnement est seulement dû à l’autorité du site donc ne se base pas vraiment sur des mots-clés. Dans d’autres cas, il repose sur la qualité du contenu ce qui nous amène à l’étape suivante.

Etape 5 : Comment établir son content marketing en fonction de l’analyse concurrentielle ?

Oui, les résultats de l’analyse concurrentielle peuvent également vous aider à améliorer votre stratégie de contenus. Comment ? En analysant les meilleurs contenus des concurrents. Que faut-il déterminer là-dedans ?

Le but est de déterminer les bonnes pratiques des concurrents pour essayer de mettre en place un content marketing plus efficace. Attention, les tips SEO ne suffisent pas à établir des contenus de qualité. Il faut aussi faire attention aux informations rapportées (véracité, pertinence, utilité …).

Etape 6 : Comment se présente le netlinking chez les concurrents ?

Aujourd’hui, le netlinking est plus que jamais essentiel pour améliorer la visibilité d’un site sur le web. De un, c’est la seule manière pour espérer être référencé par les spiders de Google et de deux, les liens permettent de construire sa notoriété sur le web.

La logique veut que plus on ait de liens (surtout de backlinks), plus on est célèbre. En SEO, cette logique ne tient pas la route, car Google ne considère plus la quantité comme un critère décisif. Il s’intéresse plus à la qualité des liens obtenus ou au profil des liens. Un ou deux liens issus de sites d’autorité ont plus de poids que dix liens issus de sites médiocres.

Pour étudier le profil de liens de vos concurrents, vous pouvez utiliser des outils comme Arhefs, le rapport Backlink de SEMRush, Open Site Explorer ou encore Majestic SEO. Ces derniers vous affichent en quelques secondes :

Une fois que vous obtenez ces indicateurs, essayez de faire une analyse logique. Les liens proviennent-ils de sites d’autorité ? Sont-ils tous naturels ou bien, certains de vos concurrents ont un petit penchant pour le Black Hat SEO ? Comment ont-ils fait pour obtenir autant de liens de qualité (qualité des contenus, variété des contenus, expertise …) ? Les ancres utilisées sont-elles optimisées ou non ? …

En vous posant les bonnes questions, vous allez pouvoir façonner votre propre stratégie de netlinking en évitant les techniques qui ne semblent pas fonctionner chez les autres ou en améliorant, justement, les techniques qui fonctionnent. Rappelons que le but n’est pas de copier, mais de s’inspirer pour ensuite personnaliser selon ses objectifs et ses attentes.

Ce qu’il faut retenir c’est qu’en matière de SEO, les techniques utilisées par les webmasters, y compris vos concurrents, sont les mêmes. Il faut seulement savoir doser tous les ingrédients pour trouver la recette qui va séduire le plus les humains et les robots. Analyser vos concurrents vous permet de savoir si untel a mis un peu trop de sel ou si un autre en a suffisamment mis avec une pincée de poivre pour que le plat soit au goût de tout le monde.

Lire aussi – Campagne de netlinking : quel budget faut-il prévoir ?

Etape 7 : Vos concurrents sont-ils visibles sur les réseaux sociaux ?

Etre visible sur les réseaux sociaux influe sur votre visibilité sur la toile. Avant d’établir votre stratégie sur ces plateformes, voyez d’abord comment se débrouillent vos concurrents directs. Pour ce faire, analysez les points suivants :

  • les réseaux sociaux qu’ils utilisent : Facebook, Twitter, LinkedIn, YouTube, Instagram, Pinterest
  • leur nombre de followers sur chaque plateforme utilisée
  • leur taux d’engagement
  • la fréquence de publication
  • les types de contenus qu’ils partagent ou publient sur ces plateformes …

Là encore, le but est de déterminer quelles sont les tendances qui cartonnent et quelles sont celles qu’il faut revoir. Il est ainsi plus facile d’établir une stratégie qui vous permette de dépasser vos concurrents. Pour cette étape, aidez-vous d’un outil comme BuzzSumo afin d’obtenir des KPIs pertinents.

Ce dernier permet, par exemple, de connaître les réseaux sociaux les mieux adaptés à vos activités. Il faut effectivement savoir que le choix des plateformes va dépendre de vos objectifs et de votre travail en général. Si vous souhaitez trouver de nouveaux collaborateurs, il est par exemple plus judicieux de travailler avec LinkedIn. Si vous souhaitez publier des actualités chaudes, Twitter est plus approprié et si vous souhaitez mettre en avant les articles que vous vendez, Facebook ou Instagram sont les plus efficaces.

A part trouver les bonnes plateformes, les outils d’analyse des réseaux sociaux aident aussi à remonter jusqu’aux utilisateurs qui partagent les contenus de vos concurrents. C’est un point important à ne pas négliger, car le partage est un réel levier pour se faire connaître. Vous pourrez, par la suite, contacter les personnes les plus influentes qui ont partagé le contenu des concurrents pour essayer d’établir des partenariats avec elles. Evidemment, on ne s’intéresse qu’à celles qui ont un nombre de followers élevé.

Enfin, une autre information essentielle est de savoir le type de contenus qui se partage facilement. En général, les utilisateurs des réseaux sociaux aiment surtout partager des vidéos. Si vous en avez quelques-unes qui soient de qualité, n’hésitez pas à les mettre en ligne ou à rediriger vos followers vers les pages vidéos.

Etape 8 : Comment se démarquer de ses concurrents ?

Maintenant que vous avez toutes les informations essentielles au sujet de vos concurrents directs sur le web, il ne vous reste plus qu’à établir votre stratégie SEO pour les dépasser. Pour résumer, voici ce que vous devez faire :

  • enrichir votre liste de mots-clés
  • construire une arborescence bien huilée
  • rédiger des contenus de qualité
  • obtenir des backlinks de qualité
  • développer votre stratégie sur les réseaux sociaux
  • trouver la bonne recette SEO pour optimiser l’ensemble de votre site

En ce qui concerne les backlinks, vous pouvez contacter les sites d’autorité qui ont émis un lien vers vos concurrents et leur proposer un de vos meilleurs contenus afin qu’ils émettent aussi un lien vers vous. Evidemment, vous devez vraiment leur offrir un contenu à forte valeur ajoutée et cohérente avec leur propre thématique.

Derniers conseils

Dépasser ses concurrents directs ne va pas se faire du jour au lendemain sauf si vous faites du Negative SEO, chose que l’on ne vous conseille surtout pas. Il faut faire preuve de patience et surtout de persévérance.

Et même lorsqu’enfin, vous arrivez à les dépasser, il faut toujours faire une veille concurrentielle pour que les autres ne vous dépassent pas.

Pour information, la veille concurrentielle est un travail à faire de manière permanente contrairement au benchmark concurrentiel qu’on réalise à titre ponctuel. Les deux se complètent toutefois puisqu’ils visent tous à étudier les concurrents.

Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *