TUTO : Créer un site e-commerce avec Prestashop

TUTO : Créer un site e-commerce avec Prestashop
(Mis à jour le: 31 mars 2020)

 

Tous les mois, le web voit naître de nouveaux sites. Parmi eux, un grand nombre a été conçu avec Prestashop. Il s’agit d’un logiciel spécialement conçu pour les TPE et les PME qui veulent se lancer dans la vente en ligne. Pour ceux qui veulent l’essayer, retrouvez à la suite les grandes étapes pour la création d’un site e-commerce avec ce logiciel.

Des impératifs à connaître avant la création d’un site en Prestashop :

Avant de commencer à utiliser le système, il vous d’abord comprendre ce qu’il en est pour bien le maîtriser. De plus, les étapes de la création de site e-commerce diffèrent selon que vous choisissez la version Cloud ou la version auto-hébergée, car oui, le logiciel existe bien sous deux versions.

A son lancement en 2007 (année de création en 2005), Prestashop se déclinait sous la version classique. Dès le départ, ses concepteurs ont choisi de l’éditer en Open Source. Cela signifie que comme WordPress, c’est un logiciel libre que l’on peut utiliser gratuitement avec toutefois, quelques options payantes. Pour rentabiliser le système, Prestashop propose effectivement différents types d’applications, ou de modules dans son langage, ainsi que des thèmes payants rassemblés dans sa boutique.

En savoir plus : E-commerce : comment bien choisir son prestataire ?

Depuis qu’il est opérationnel, le logiciel détient plus de 40 % des parts de marché en France et gagne aussi du terrain à l’échelle mondiale. Cela signifie qu’il est leader en France et gagne du terrain à travers le monde même si au début, il a surtout été conçu pour les TPE et PME françaises.

Prestashop Cloud vs Installation serveur

  • La version auto-hébergée :

C’est la version classique qui nécessite un téléchargement du logiciel sur votre PC, puis une installation sur un serveur en utilisant un FTP. L’avantage c’est qu’elle offre plus de liberté puisque vous pouvez utiliser avec vos propres thèmes et vos propres modules. Vous avez également carte blanche pour gérer l’hébergement.

Même si cela semble alléchant, son utilisation requiert plus de connaissances techniques. Vous ne pouvez, par exemple, pas l’utiliser si vous ne savez pas comment acheter un hébergement. Vous devez également faire preuve de patience, car cette méthode est plus lente, mais à la clé, vous obtenez un site ultra-personnalisé que vous pouvez manier à votre guise. Veillez seulement à avoir un bon budget puisqu’il faudra passer à la caisse plus souvent, à avoir du temps et à savoir utiliser un code.

En gros, vous devez avoir l’étoffe d’un bon informaticien pour adopter cette version, mais comme on vous l’a dit, la personnalisation du site est très gratifiante et vous permet de vous démarquer des milliers de sites qui utilisent également Prestashop.

  • La version Cloud :

C’est la version idéale pour ceux qui ne veulent pas avoir à trop se casser la tête à la conception du site et pour ceux qui veulent utiliser leur site e-commerce au plus vite. Avec le Cloud, il suffit effectivement de quelques clics pour mettre la boutique en ligne en place, pour la configurer et pour créer vos catalogues.

De plus, ici, nul besoin de faire l’installation du logiciel vous-même ou d’acheter un hébergement à part puisque tout cela est inclus. Il faut souligner que pour développer cette version, Prestashop a décidé de collaborer avec OVH d’où la gratuité de l’hébergement.

Il vous faut ensuite trouver un nom de domaine. Là, vous avez deux choix : soit vous optez pour l’achat d’un nom de domaine propre soit vous choisissez un sous-domaine qui est alors gratuit. Une fois que c’est fait, vous aurez accès à toutes les fonctionnalités de Prestashop sans avoir la possibilité d’utiliser vos propres thèmes et modules. Vous devez seulement vous contenter de ceux que le logiciel vous propose, ce qui laisse peu de choix pour se démarquer de la concurrence. Néanmoins, la boutique en propose plusieurs donc cela vous laisse le choix de choisir entre eux.

 

Créer un site en Prestashop : Les étapes

Etape n°1 : Installer Prestashop sur le serveur (seulement pour la version auto-hébergée)

  • Hébergement et nom de domaine :

Si vous avez choisi la voie la moins difficile, alors ceci est pour vous une étape obligée et dès cette étape, vous devez sortir le porte-monnaie pour acheter un hébergement puis, éventuellement, un nom de domaine pour ne pas avoir à utiliser un sous domaine du genre www.votre-site.pswebhost.com ou encore www.votre-site.pswebstore.com. Certes, le sous domaine est gratuit, mais il faut aussi reconnaître qu’une telle url n’est pas vraiment SEO-friendly. Soulignons que pour disposer de votre propre nom de domaine, vous devez également en acheter.

  • Installation du logiciel sur l’ordinateur :

Une fois hébergement et non de domaine en main, rendez-vous sur le site du logiciel pour télécharger les fichiers à installer sur votre ordinateur. Pour ce faire, il suffit de cliquer sur « Télécharger maintenant ». Rien de plus facile !

Lorsque le fichier ZIP a bien été téléchargé (veillez à disposer du logiciel WinRAR sur votre PC),  décompressez-le et extrayez-y les fichiers en retenant bien l’emplacement choisi, car sinon, vous allez perdre du temps à les chercher dans tout le PC. Quand c’est fait, uploadez-les sur votre serveur. Cela consiste à les mettre en ligne donc, logiquement, vous avez besoin d’un client FTP pour cette tâche. Vous pouvez en télécharger sur Internet, mais pensez à choisir un qui soit gratuit.

  • Connexion du client FTP à l’hébergeur :

Quand vous aurez votre client, connectez-le au compte créé sur la plateforme d’hébergement. La création de ce compte doit avoir été faite durant l’achat de l’hébergement. Lorsque la connexion entre les deux est établie, rendez-vous sur le client FTP et sélectionnez les dossiers issus de l’archive de Prestashop. Faites-les ensuite glisser vers le dossier intitulé « public_html » pour effectuer le transfert. Cela peut durer quelques minutes donc faites preuve de patience surtout que ce n’est pas terminé.

  • Création base de données :

En effet, une fois cette étape remplie, il faut passer à une étape encore plus importante : la création de la base de données Prestashop (MySQL) sur votre serveur. Celle-ci est très importante puisque c’est cette base de données qui va vous permettre de stocker les données de votre boutique e-commerce à savoir les configurations et les contenus. Pour ce faire, il faut utiliser l’application PhpMyAdmin. C’est votre hébergeur qui doit vous en donner l’accès.

Une fois que vous serez entré, allez dans l’onglet Base de données puis cliquer sur Créer une base de données. Optez pour une dénomination facile à retenir pour la base de données et retenez-la. Pour les « non-pro » de l’informatique, voici quelques points à retenir concernant les différentes informations que vous aurez à donner durant la création de la base de données :

  • L’adresse du serveur est fournie par votre hébergeur. Il s’agit de l’hostname ou nom de l’hôte du serveur.
  • Le nom de la base c’est celui qu’on vous a demandé de retenir plus tôt.
  • L’identifiant c’est le nom d’utilisateur que vous avez choisi.
  • Le mot de passe c’est celui que l’utilisateur utilisera à chaque fois qu’il aura besoin d’accéder à la base de données.
  • Le type de base, il faudra choisir l’option « InnoDB ».
  • Préfixe des tables : choisissez l’option « ps_ »
  • Auto-installation de Prestashop :

Allez ensuite sur le navigateur web et copiez-y l’adresse où vous avez mis Prestashop sur votre serveur. Cela vous redirigera automatiquement vers l’auto-installeur du logiciel. Ce dernier vous guidera étape par étape donc il vous suffit de vous laisser emporter. Dans le cas où vous avez du mal à retrouver ladite adresse (ce qui ne devrait pas être le cas, mais peut arriver), copiez ce lien sur le navigateur : http://votre_serveur/dossier_prestashop/install et vous serez automatiquement vers l’auto-installeur.

Si vous avez bien entré tous les renseignements ci-dessus correctement, il ne vous reste plus qu’à patienter le temps que l’installation du logiciel et que la création du site se fasse. Cela peut prendre quelques minutes, mais au bout de ce délai, vous n’aurez plus qu’à paramétrer votre nouvelle boutique en ligne.

Découvrez – Les 5 choses à ne pas faire en E commerce

Etape n°2 : Configurer Prestashop

Votre site est enfin installé, mais ce n’est pas fini. Il vous reste encore quelques paramétrages à faire avant de pouvoir lancer officiellement la boutique. A ce stade, voici les nouvelles étapes à suivre :

  • Le choix du thème Prestashop :

Comme on l’a dit plus haut, Prestashop met à la disposition de ses utilisateurs une boutique de thèmes et de modules. Cette dernière en propose des milliers ce qui vous laisse l’embarras du choix. Les thèmes sont évidemment payants et quitte à bien choisir, optez sur ceux qui sont déjà Responsive. Ceux-là coûtent un peu plus cher, mais ces quelques euros dépensés en plus amélioreront votre référencement. Si vous avez un thème précis en tête, utilisez les différents filtres que le logiciel met à votre disposition pour trouver celui qui répond le plus à vos attentes.

Dans le cas où vous souhaitez utiliser votre propre thème, il faut opter pour la version Cloud de Prestashop. Qui dit votre thème propre dit création du thème à utiliser ce qui n’est pas une tâche aisée pour les débutants. Néanmoins, vous pouvez faire appel à des professionnels pour créer un template sur-mesure. Qui devez-vous contacter ? Dans un premier temps, il faut contacter un designer qui va créer le design des pages au format Photoshop ou PSD. Un intégrateur Prestashop ou développeur front prendra ensuite le relais pour crére le thème à partir de l’esquisse réalisée par le designer. Cela nécessite, évidemment, des frais supplémentaires, mais en vaut la peine si vous vous adressez à de vrais experts et si vous disposez d’un bon budget. Ils vous permettront ainsi, dès le début, de vous démarquer de vos concurrents.

Une troisième possibilité s’offre à vous : acheter un thème depuis une marketplace ou place de marché. Cela est effectivement possible, mais tâchez de choisir un thème qui soit compatible avec Prestashop. Pour vous faciliter la tâche, rendez-vous sur Google et lancez une recherche pour « thème Prestashop ». Le moteur de recherche vous redirigera vers des places de marché qui proposent divers thèmes, pas forcément payants. Pour réduire votre investissement de départ, utiliser un des thèmes gratuits proposés par cette astuce peut être envisageable surtout qu’ils ne sont pas toujours de mauvaise qualité.

Parmi les marketplaces à privilégier pour l’achat de thèmes Prestashop, pensez à Template Monster ou encore à ThemeForest.

  • L’installation du thème :

Que vous ayez choisi la version Cloud ou la version auto-hébergée, cette étape va vous prendre un peu plus de temps. Elle peut même nécessiter l’intervention d’un professionnel puisque s’avère assez technique. Si vous souhaitez vous y essayer, voici ce qu’il faut faire :

  • Rendez-vous sur l’interface de la boutique créée et cliquez sur la rubrique Préférences puis sur Thèmes ;
  • Cliquez sur « Ajouter un thème » et vous serez redirigé vers une page affichant différentes options d’installation. La première proposition est la plus facile puisqu’elle consiste seulement à importer le dossier se référant au thème depuis votre PC. Attention, pour utiliser cette étape, vous devez enregistrer les différents éléments concernant le thème de votre choix sur votre PC et retenez bien où vous l’avez enregistré.
  • Pour mettre cette technique en application, il faut vous rendre au niveau de « Importer depuis l’ordinateur » puis cliquer sur « Ajouter un fichier ».
  • Vous devez ensuite sélectionner le thème, cliquez sur « Ouvrir » puis sur « Enregistrer ».

Et voilà, votre thème est uploadé sur votre site, mais ce n’est toujours pas fini puisqu’il n’est pas encore activé et donc inutilisable. A ce stade, vous verrez simplement apparaître votre thème dans les miniatures affichées par le logiciel.

  • L’activation du thème :

Pour activer le thème qui vient d’être installé, il vous faut revenir à la page Préférences puis Thèmes. Vous sélectionnez ensuite le thème mis en place précédemment puis vous cliquez sur « Utiliser ce thème ». Il va alors être activé et ce sera désormais votre thème par défaut.

Etape n°3 : Etoffer son catalogue en ligne

Arrivé à ce niveau, votre boutique en ligne est presque prête à être utilisée. Il ne lui reste plus que les catalogues et quelques autres paramétrages supplémentaires, cette fois-ci concernant le fonctionnement proprement dite du magasin e-commerce. Commençons par les catalogues … Leur ajout doit se faire de manière organisée pour ne rien omettre. Voici les étapes à suivre :

  • La création des catégories de la boutique :

Cette tâche permet de soigner l’ergonomie du site, un critère important en matière de SEO. En fonction de la variété de produits que vous vendez, vous pouvez créer autant de catégories et sous-catégories que nécessaire. Ceux-là vont alimenter vos fils d’Ariane donc si vous disposez de plusieurs sous-catégories, optez pour des dénominations simples pour ne pas trop compliquer les fameux fils d’Ariane.

Pour créer les catégories, il faut :

  • Se rendre dans Catalogue puis dans Catégories ;
  • Cliquer sur « Ajouter une catégorie » ;
  • Sauvegarder la page une fois toutes les informations demandées rentrées.

Que ce soit pour les catégories ou les sous-catégories, on vous demandera (après avoir cliqué sur « Ajouter une catégorie ») de remplir un formulaire nécessitant les renseignements suivants :

  • Nom de la catégorie ;
  • Affichage : il est conseillé d’attendre que les articles à vendre soient tous bien structurés avant de les afficher sur le site ;
  • Catégorie parente : c’est là que vous devez rajouter les sous-catégories rattachées à la catégorie principale ;
  • Description : vous aurez à décrire chaque catégorie et chaque sous-catégorie. Le texte est assez court, mais doit présenter de manière globale la rubrique et les produits qu’elle rassemble ;
  • Image : elle doit représenter votre catégorie. Il en ca de même pour la miniature demandée ;
  • Balise Title : oui, les catégories ont aussi besoin d’une balise Title puisque c’est celle-ci qui va apparaître dans les résultats de recherche. Comme toute autre page web, ce point est essentiel en référencement naturel donc n’oubliez pas de bien le renseigner ;
  • Meta description : celle-ci donne une brève description de la catégorie. Cette partie va également apparaître sur les pages des résultats de recherche donc soignez-la bien en utilisant les mots-clés essentiels ;
  • Définir les mots-clés : si dans la meta description, vous devez les insérer de manière naturelle dans le petit texte, ici, il suffit de les citer pour bien structurer la page catégorie. Vous pouvez y lister plusieurs termes clés ;
  • Configuration de l’URL : veillez à ce que l’URL de la catégorie soit simple, lisible et claire. Vous pouvez vous rendre dans l’onglet dédié pour la configurer avant sa mise en ligne ;
  • Règles d’accès à la page : ici, vous devez préciser les différentes autorisations ou refus d’accès.

En gros, tout ce qui a trait aux catégories et sous-catégories se situe dans l’onglet Catalogue puis Catégories.

  • La création des attributs pour les articles :

Cette fonctionnalité est l’un des gros avantages que Prestashop propose. Dans les faits, elle vise à préciser la taille, la couleur ou encore le poids des produits. Cela est intéressant lorsqu’un même produit est disponible sous plusieurs déclinaisons. Ainsi, vous n’aurez pas à créer une page spécifique pour chaque déclinaison. Pour paramétrer les attributs, vous devez vous rendre dans Catalogue puis cliquer sur Attributs des produits. Cliquez ensuite sur « Ajouter un nouvel attribut ». Vous pouvez en ajouter autant que nécessaire en fonction de vos produits.

Pour remplir le formulaire qui s’ensuit, voici quelques informations :

  • Nom de l’attribut : c’est la dénomination sous laquelle les membres de votre équipe vont le reconnaître facilement. On a déjà Couleur, Poids, Taille …, mais aussi Pointure, Format …
  • Nom Public : c’est la dénomination qui apparaîtra sur les pages et donc celle qui sera vue par les clients ;
  • URL de l’attribut : claire, concise et courte ;
  • Balise Title : utilisez un titre parlant et accrocheur. Par défaut, c’est le nom de l’attribut que Prestashop va utiliser ;
  • Indexable : si vous souhaitez que les robots des moteurs de recherche puissent indexer vos pages attributs, il faut préciser « Oui ». Dans le cas contraire, mettez seulement « Non » ;
  • Type d’attribut : une liste déroulante est affichée donc il vous suffit de choisir une des options proposées. Le but, ici, c’est de déterminer comme l’attribut va s’afficher sur les pages produits ;

Valider ensuite la création des attributs en cliquant sur « Enregistrer ». Chaque fois que cela sera nécessaire, vous pourrez revenir dans cette rubrique pour ajouter, modifier ou supprimer des attributs.

Lorsque vous aurez enregistré vos attributs, il faut ajouter, à chacun d’eux, des valeurs. Pour ce faire, revenez à Catalogue puis à Attributs des produits. Cliquez ensuite sur la ligne se référant à l’attribut à paramétrer puis cliquer sur « Ajouter une valeur » à chaque nouvelle valeur à ajouter. Si, par exemple, un produit se décline sous trois couleurs différentes, vous aurez à « Ajouter une valeur » trois fois de suite.

Une fois que toutes les déclinaisons seront enregistrées, vous pouvez vous rendre, à tout moment dans Catalogue > Produits > Ajouter un nouveau produit > Déclinaisons pour apporter des modifications.

  • L’ajout de produit :

Pour ajouter des produits dans les catégories créées, il faut se rendre dans Catalogue puis Produits. Une nouvelle interface s’affiche avec diverses fonctionnalités. Parmi elles, on peut citer « Ajouter un nouveau produit ». C’est l’onglet qui vous permettra d’ajouter chaque nouveau produit. Il se situe en haut à droite de l’écran.

Pour gagner du temps, vous pouvez importer votre catalogue de produits sous format CSV à condition de les avoir enregistrés au préalable sous ce format sur votre ordinateur. Ainsi, c’est toute la liste intégrée dans le tableur qui va être enregistrée sur la boutique en ligne. Pour ce faire, vous devez vous référer à la partie Configurer puis vous rendre dans l’onglet Paramètres avancés pour cliquer sur Import CSV. Préciser ensuite le type de données à importer puis sélectionnez le dossier depuis votre ordinateur. Pour ne pas avoir à reprendre chaque fiche, assurez-vous que toutes les informations ont été rentrées correctement. Une étape est trés importante aussi, est la création des fiches produits ensuite.

A lire également :  Site E-commerce : les 11 points à vérifier en SEO pour optimiser vos fiches produits

  • Le paramétrage des produits :

Sur chaque ligne de produit créé, vous trouverez, à droite, l’onglet Modifier. En cliquant dessus, vous aurez accès aux pages permettant de paramétrer chaque produit et de remplir la fiche qui l’accompagne.

Parmi les pages qui vont s’afficher, vous trouverez Essentiel, Prix, Référencement-SEO, Associations, Livraison, Déclinaisons, Options …

L’onglet Essentiel vous permettra de remplir la fiche produit proprement dite. Vous aurez à rédiger trois petits textes. Un premier pour le résumé, un autre pour la description (celui-ci doit être un peu plus long que les deux autres) et un troisième pour la description marketplace. Vous trouverez ensuite l’onglet Caractéristiques que vous aurez à remplir. Si l’une des caractéristiques n’apparaît pas sur la liste affichée, vous pouvez en ajouter. Soulignons que pour préciser la marque du produit, une case y est spécialement dédiée sous la partie « Essentiel ».

L’onglet Associations est celui à remplir pour rattacher chaque produit à la catégorie adaptée. Il faut souligner qu’un même produit peut être relié à plusieurs onglets. Par exemple un cadre photo sous forme de cœur peut être rattaché à la rubrique Déco, mais aussi à la rubrique Cadeaux Saint-Valentin. Sur Prestashop, il est possible de créer des catégories éphémères en fonction des évènements qui s’annoncent.

Dans le cas où un de vos produits peut servir d’accessoires au produit que vous êtes en train de paramétrer, pensez à les rattacher en Accessoires à cet article. Pour ce faire, vous devez seulement cliquer sur l’onglet « Ajouter un produit associé » qui se situe en bas de la page « Essentiel ». Si votre interface ne l’affiche pas ainsi, restez dans l’onglet Associations puis vous cliquez sur Accessoires. Vous sélectionnez ensuite les fameux accessoires à lier à l’article. Attention, lesdits accessoires doivent déjà être enregistrés dans le catalogue pour pouvoir être liés. Cette technique est à retenir particulièrement puisque vous permet de faire ce qu’on appelle « cross-selling ». C’est un peu une variante du netlinking puisque lorsque vous afficherez le produit accessoirisé, les autres produits qui lui ont été rattachés s’afficheront aussi en suggestions. L’internaute n’aura donc plus à aller chercher ailleurs puisqu’il est d’emblée indiqué que vous en proposez aussi.

Vous devez ensuite vous rendre dans les différents onglets pour bien compléter les informations concernant l’article.

A lire également – E-commerce : les mots à privilégier pour vendre

Etape n°4 : Configurer la boutique en ligne

La configuration des modes de paiement et de livraison est généralement commune à tous les produits mis en vente. On peut alors rattacher cette étape à la configuration de ma boutique en ligne, mais les modalités de livraison peuvent être spécifiées sur chaque fiche produit.

  • Concernant les modes de paiement :

Pour remplir ce champ, vous devez vous rendre dans la rubrique Modules et service puis cliquer sur Paiement. Plusieurs propositions vont alors s’afficher dont certaines sont déjà actives. En général, elles ont été installées par défaut durant l’installation du logiciel. Il s’agit notamment du paiement par virement bancaire et du paiement par chèque.

Chaque option active doit être configurée. Si vous acceptez le paiement par virement bancaire, il faut préciser le RIB de votre entreprise. Si vous validez le paiement par chèque bancaire, il faut préciser l’ordre de votre entreprise ainsi que son adresse.

En ce qui concerne les autres propositions non actives, mais déjà disponibles dans la liste, il faut cliquer sur « Installer » pour les activer puis les configurer. Le paiement par Paypal est fortement recommandé pour aller plus vite.

Dans le cas où vous souhaitez proposer le paiement par carte bancaire, anticipez cette proposition puisque vous devez, au préalable, signer un contrat VAD avec votre banque et cela peut prendre plus de temps pour être activé.

  • Concernant la livraison :

Toute boutique en ligne doit proposer des méthodes de livraison simples, rapides et sécurisées aux clients. Sans cela, n’espérez aucune vente puisque si on se rend sur le web, c’est principalement pour ne pas avoir à se déplacer.

Pour configurer cette partie, vous devez vous rendre dans la rubrique Livraison puis cliquer sur Transporteurs. Vous y trouverez aussi des transporteurs ajoutés par défaut, mais vous n’êtes pas obligé de recourir à leurs services. Vous pouvez d’ailleurs les supprimer et en ajouter d’autres ou les garder tout en ajoutant d’autres.

Pour en ajouter, cliquez sur « Créer un transporteur » puis configurer chaque nouvel ajout. Remplissez le formulaire correctement. Dans le cas où vous souhaitez ajouter la mention frais de port gratuits à partir d’un certain montant ou d’une certaine quantité d’articles achetés, c’est dans l’onglet Livraison puis Préférences que vous devez vous rendre.

  • Concernant le serveur d’envoi d’emails :

Toujours concernant la configuration de la boutique en ligne, il ne faut pas oublier de configurer le serveur d’envoi d’emails, car vous en aurez sûrement besoin ultérieurement. Pour ce faire, il faut vous rendre dans Paramètres avancés puis dans Email. Cliquez ensuite sur « Utiliser mes propres paramètres SMTP » pour enfin sauvegarder la page.

Attention, cette partie est assez complexe donc prévoyez l’aide d’un professionnel puisqu’il s’agit d’intégrer un protocole SMTP sur la boutique. D’ailleurs, il faudra remplir un formulaire qui demande les informations suivantes :

  • Nom de domaine des emails = nom de domaine du site e-commerce ;
  • Serveur SMTP = adresse email créée sur le compte de l’hébergeur ;
  • Mot de passe SMTP = mot de passe de l’utilisateur SMTP ;
  • Chiffrement : si le serveur propose une méthode chiffrement précis comme SSL ou TLS, sélectionnez-la. Dans le cas contraire, on opte pour « Aucun » ;
  • Port : par défaut, il se chiffre à 25, mais vous pouvez le modifier selon vos besoins.
  • Concernant les pages statiques :

Il s’agit des pages telles que « Qui sommes-nous ? », « Contact », « Conditions générales de vente » … Pour les créer, le logiciel Prestashop propose déjà un CMS destiné à cette fin. Pour l’utiliser, il faut vous rendre dans Préférences puis dans CMS.

Dans cette rubrique, vous pouvez créer les catégories qui regroupent les pages statiques et créer les pages statiques proprement dites. Sur l’interface, vous trouverez déjà quelques pages par défaut, mais vous pouvez les supprimer, les renseigner et en ajouter de nouvelles. Rappelons que ces pages sont très importantes puisque vous aide à valoriser votre image de marque auprès des internautes. Mieux ces derniers vous connaîtront, plus facile, ils vous accorderont leur confiance. Ces pages sont un peu la partie vitrine du site e-commerce.

  • Concernant les modules Prestashop :

On en a parlé au tout début de ce guide. Il s’agit des plugins ou extensions qui permettent aux utilisateurs du logiciel d’y ajouter de nouvelles fonctionnalités. La logique veut que plus vous ayez de fonctionnalités, plus vous avez la possibilité de personnaliser votre boutique en ligne.

Pour gérer les modules, rendez-vous dans Modules et Services puis cliquez sur Modules et Services. L’interface qui s’affiche vous permet d’« ajouter un nouveau module », de « mettre à jour tous les modules » et d’autres actions encore. Ce qui est sûr, c’est que la liste est déjà bien fournie ce qui va compliquer la tâche. Lesquels devez-vous garder et pour quelle catégorie et lesquels devez-vous effacer ?

Renseignez-vous sur Google puis cliquez seulement sur le bouton « Installer » pour valider ceux dont vous avez besoin. Retenez que chaque fois que vous cliquerez sur Installer, une page de configuration s’affichera pour chaque module. Là encore, l’intervention d’un professionnel peut être requise.

Un petit conseil, même si tous les modules qui s’affichent donnent envie, mieux vaut se limiter à ceux dont vous avez réellement besoin. Cela vous évitera d’alourdir votre interface.

Convaincu ou pas par Prestashop ?

Même si le guide est très long, il n’est pas encore complet puisqu’on peut faire plus de choses encore avec le logiciel. C’est d’ailleurs pour cette large variété que bon nombre de marchands en ligne l’ont adopté. De plus, malgré les nombreuses options, il reste quand même simple à manipuler. Et ce ne sont pas ses seuls avantages, car Prestashop est aussi gratuit (modules et thèmes mis à part) et est quand même très souple même si on n’a pas la liberté d’utiliser ses propres thèmes et modules sur la version auto-hébergée. Notons d’ailleurs que vous pouvez passer d’une version à une autre à tout moment si celle choisie ne vous convient finalement pas.

En ce qui concerne le référencement du site, plusieurs points ont déjà été évoqués pour l’optimiser. Concernant le SEO proprement dit toutefois, il faudra installer divers modules et faire des paramétrages pour obtenir une performance plus poussée.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *